police
étymologie
(Nom 1) Du latin politia, lui-même du grec ancien πολιτεία ; il est passé du sens de « bon ordre, bonne administration » à celui, plus restreint, de « ensemble des règles à suivre » puis « administration veillant au bon ordre ».
(Nom 2) De l’italien polizza d’origine discutée :
  1. avec déglutination de l’article, du grec byzantin ἀπόδειξις du verbe ἀποδείκνυμι apodeíknumi (« faire voir, faire paraître ») ; au sujet du passage de \d\ à \l\, propre au grec byzantin voir pilote.
  2. Apparenté à pouillé, polyptyque en français, du latin pollex, polegium, poletum, poleticum, altération de polyptycha (« tablettes, registre, pièce écrite »).

nom

SingulierPluriel
policepolices

police \po.lis\ féminin

  1. Ordre, règlement établi dans un État, dans une ville, pour tout ce qui regarde la sûreté, la tranquillité et la commodité des citoyens, des habitants.
    • Dans les mellahs, le moqadem des quartiers de la vie musulmane était remplacé par le cheikh el yhoud qui en assurait la police sous l'autorité du gouverneur de la ville. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 30)
    • Règlement, ordonnance de police.
    • La police est bien faite dans cette ville.
    • En bonne police, telle chose devrait être défendue.
    • La police des mœurs.
  2. Administration qui exerce cette police.
    • Personne ne croit plus que les chrétiens se réfugiaient dans des carrières souter­raines pour échapper aux perquisitions de la police ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.257)
    • Des repaires dangereux existaient où la police n’osait s’aventurer. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 210 de l’éd. de 1921)
    • Cette infiltration de la police partout où nous étions allé me stupéfiait. Ainsi, je n'en pouvais douter, elle avait ses secrets aboutissant jusqu'en cette basse-pègre cependant si cauteleuse. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Essayez donc de vous soustraire, filles imprudentes non pas à l’œil de la police ; mais à ce bavardage incessant qui, dans la dernière bourgade, scrute les actions les plus indifférentes, […]. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • La police attend avec des mitrailleuses et des gaz les grévistes noirs de Pennsylvanie. (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • […] la haine et le dégoût profonds que j’ai pour la police (physiquement : brutes grossières, sentant la sueur, le derrière brumeux et le prépuce mal lavé – bien plus sales que des ouvriers qui eux, du moins, ne traînent pas ces relents de chambrée). (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, pages 47-48.)
    • Introduit en France vers 1725, ce jeu devint rapidement populaire et il donna lieu à de tels excès que la police s’efforça, à maintes reprises, de l’interdire. (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, page 47)
    • La veille de ce mercredi 12 juin, mon ami Maurice Andin, […], avait été arrêté à son domicile et la police y avait laissé un inspecteur. (Henri Alleg, La Question, 1957)
  3. Ordre et du règlement établi dans quelque assemblée, dans quelque société que ce soit.
  4. (Amérique du Nord) (familier) Agent de police, policier.
    • Il est une police.

traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
policepolices

police \pɔ.lis\ féminin

  1. Contrat par lequel une compagnie d’assurances s’engage, moyennant une somme convenue, appelée prime, à indemniser quelqu’un de certaines pertes ou dommages éventuels.
    • Ma police d’assurance pour mon habitation était expirée depuis le jour précédent, et […] il avait été convenu qu'à six heures je me présenterais devant le conseil des directeurs de la compagnie pour arrêter les termes d’un renouvellement. (Edgar Poe, L'Ange du bizarre, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
    • Aussi, avait-il fait préparer une police d’assurance sur la vie au nom de la comédienne. (Marie Colombier, Les Mémoires de Sarah Barnum, 1883)
  2. Contrat d’abonnement au gaz, à l’électricité, etc.
  3. (typographie) (vieilli) Liste de tous les caractères composant une fonte, avec leur nombre (éventuellement au poids).
    • Quand un maître imprimeur veut acquérir une fonte, son premier soin doit être de dresser la police du caractère dont il a besoin, c’est-à-dire la liste de toutes les lettres qui composent la casse, avec l’indication de la quantité respective de chaque sorte de lettres pour un poids général déterminé. (Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1866-1877, tome 12, page 1296, [https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Larousse_-_Grand_dictionnaire_universel_du_XIXe_si%C3%A8cle_-_Tome_12,_part._4,_Ple-Pourpentier.djvu/130 article « Police »])
  4. (Par extension) (cartographie) (typographie) Ensemble de caractères homogènes constituant un alphabet complet existant normalement en plusieurs corps.

traductions
traductions
forme fléchie

police \pɔ.lis\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de policer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de policer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de policer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de policer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de policer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.024
Dictionnaire Français