pollution
étymologie
Du latin pollutiosalissure, souillure », au figuré et au sens de « profanation » en latin chrétien).

nom

SingulierPluriel
pollutionpollutions

pollution \pɔ.ly.sjɔ̃\ féminin

  1. Diffusion dans l’environnement d’un produit potentiellement toxique ou de nature à perturber le fonctionnement d’un biotope.
    • Il se fichait même de savoir pourquoi De Lavarice préconisait un désherbement à la main plutôt que l'application de produit herbicide. Il se fichait de savoir si c'était par souci de pollution ou d'économie. (Ernest Bavarin, L'habitation de la nouvelle chance, L'Harmattan, 2001, page 264)
    • Et les muges ? Pauvres muges ! On leur a fait tellement de tort avec la pollution et le mazout que les amateurs de muges aux olives sont plutôt rares. C'est un grand vide dans les traditions que la disparition de ce poisson appelé « mulet » dans le reste de la France. (Christiane Maréchal raconte la Provence calendale: Noël, Étrennes, les Rois, Éditions de Provence, 1996, page 27)
  2. (Par extension) Tout phénomène extérieur qui peut être nuisible, dangereux pour la santé, ou désagréable.
    • La pollution lumineuse empêche la bonne observation des étoiles.
    • La pollution acoustique est un fléau urbain.
  3. (Médecine) Émission involontaire de sperme.
    • Une pollution nocturne.
  4. (religion) (vieilli) Profanation, souillure, péché d’impureté.
    • La pollution d’une église dure jusqu’à ce qu’elle ait été bénite à nouveau.

traductions
traductions
traductions
  • espagnol : polución



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français