port
étymologie
(Nom commun 1) Du latin portus.
(Nom commun 2) déverbal#fr|Déverbal de porter#fr|porter.
(Nom commun 3) Apocope de portable.
(Nom commun 4) Traduction erronée de l’anglais port, du latin porta.

nom

SingulierPluriel
portports

port \pɔʁ\ masculin

  1. havre#fr|Havre côtier, refuge ou abri pour les bateaux les protégeant des vents et des tempêtes.
    • Des phares éloignent les navires des dangers ou les conduisent dans les ports abrités par des digues construites en luttant contre les tempêtes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Vers 4 heures, j’aperçois de nouveau la terre après avoir barré toute la nuit ; je passe au petit jour près d’un destroyer américain et entre dans le port Saint-Georges. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La Chiffonne en longea la côte occidentale, doubla la pointe Nord et, suivant les falaises de l’Est, moins anfractueuses, pénétra dans un grand port naturel, protégé par un alignement de gros rochers et de petits îlots. (G. Lenotre, Les derniers Terroristes, Paris : chez Firmin-Didot, 4e édition, 1932, page 79)
    • Azemmour, la ville maure remontant à l’antiquité, en plein déclin aujourd'hui par suite de l’ensablement de son port et l’indolence de sa population. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 148)
    1. Ensemble des installations, en bord de mer, pour le chargement et le déchargement de marchandises.
      • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 210 de l’éd. de 1921)
      • Ça me rappelle le vieux port marseillais, les marchandes de coquillages, les pieds-paquets et le vin de Cassis, doré comme du soleil. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 187-188)
    2. Point de la rive d’un cours d’eau où les navires, les bateaux abordent, où les navires chargent et déchargent les marchandises.
      • Le mythique port de Bercy.
      • Le port céréalier de Givet.
    3. ville#fr|Ville bâtie auprès d’un port, autour d’un port.
      • Marseille est un des plus beaux ports du monde.
    4. (Figuré) Lieu de repos, de refuge, d’une situation tranquille.
      • Il est dans le port en se retirant du monde et de l’embarras des affaires.
      • Il s’est assuré un port dans la tempête.
    5. (Figuré) Lieu où l’on se retire loin des embarras du monde, où l’on cherche à se mettre à couvert de quelque danger.
      • La maison de l’ambassadeur a été un port de salut pour lui.
  2. (Géographie) col#fr|Col des Pyrénées.
    • De l’autre côté, c’est l’Espagne, dominée par des falaises identiques aux nôtres […]. On peut passer en Espagne sans suivre le sentier qui franchit le port, mais il y faut beaucoup d’acrobatie. (Abellio, Pacifiques, 1946)

traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
portports

port \pɔʁ\ masculin

  1. Action de porter.
    • Simon Cohen, se conformant en ceci à l'usage du pays qui interdit le port des armes à ses coreligionnaires marocains, est inerme; les chameliers ont des gourdins et de mauvais poignards. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 45)
    • Il n’y a non plus aucun pittoresque dans les costumes, car le port du pareu ou pagne indigène est interdit dans les rues de Papeete. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Bien qu’il ait déjà été question dès 1208, […], d’imposer aux juifs un signe en forme de roue, la rouelle ne fut officiellement imposée en France qu’en 1227 par le Concile de Narbonne. […]. La roue devait, ordinairement, se porter sur la poitrine. […]. Le défaut du port de la roue était passible d’amende et même de châtiments corporels. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    1. Façon de se porter, maintien.
      • Il avait la cambrure des petits, le port de l’avorton, gardait le ventre rentré et poussait chaque centimètre au-delà de ses limites. (Tito Topin, Shanghai Skipper, Série noire, Gallimard, 1986, page 29)
      • Tout le monde les connaît. Avec leur costume sombre, leurs tatouages et leur port altier, ils sont reconnaissables entre tous. (Charlotte Menegaux, « Yakusa, la seule mafia au monde à avoir pignon sur rue » - Le Figaro)
  2. (botanique) Apparence naturelle d’une plante.
    • Arbuste, une essence ligneuse dont le port n’excède pas sept mètres de haut (Code du développement territorial, Service Public de Wallonie)
  3. (Architecture des ordinateurs) Dispositif permettant de connecter des périphériques.
    • Le port USB (Universal Serial Bus) est apparu en 1995 pour pallier les carences du port série créé en 1960 et supportant le standard RS-232. Ce sont des connecteurs qui permettent de raccorder des périphériques…
    • De son côté, Bloomberg maintient ses informations et a même ajouté récemment que des ports Ethernet avaient été bidouillés pour écouter aux serveurs. (Mickaël Bazoge, The Big Hack : Tim Cook demande à Bloomberg de se rétracter, MacGeneration, 19 octobre 2018)
  4. Prix du transport, affranchissement.
    • Franco de port.
    • Les ports de lettres ne sont pas très-chers, et malgré les innombrables dangers auxquels sont exposés les courriers sur les routes, presque toujours infestées de factieux et de bandits, le service se fait aussi régulièrement que possible. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)

traductions
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
portports

port \pɔʁt\ masculin

  1. (argot) (France) téléphone portable#fr|Téléphone portable.
    • J'ai oublié le code de verrouillage qu'on me demande quand j'allume mon port. (site www.kiloki.com))
    • J’aurais bien éteint mon port mais j’attendais des coups de fil donc je pouvais pas vraiment. (site www.clubpoker.net (accent sur éteint et apostrophes rajoutés))

nom

SingulierPluriel
portports

port \pɔʁ\ masculin

  1. (Réseaux informatiques) Système permettant aux ordinateurs de recevoir ou d'émettre des informations.
    • Un serveur HTTP utilise par défaut le port 80 (443 pour HTTPS).

traductions
Port
étymologie
De port, par delà, du latin portus.

nom propre

Port \pɔʁ\

  1. (Géographie) Commune française, située dans le département de l’Ain.
  2. (Désuet) Toponyme utilisé pour désigner un col, un passage dans les Pyrénées.
  3. (Géographie) Commune du canton de Berne en Suisse.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français