portail
étymologie
Du latin portaporte »).

nom

SingulierPluriel
portailportails

portail \pɔʁ.taj\ masculin

  1. Grande porte.
    • Il faut ouvrir le portail pour faire entrer la voiture.''
  2. (En particulier) La grande porte d’une église avec tout son appareil architectural.
    • La statue du saint est placée sur un meneau divisant en deux parties la porte du portail principal. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
  3. Porte d’entrée d’un terrain.
    • (ironie) — Pour l’Europe, New York représentait l’Amérique ; pour l’Amérique, elle était le portail de la terre. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 210 de l’éd. de 1921)
  4. Porte permettant le passage d’un véhicule, pour entrer dans un garage.
  5. (Internet) Page d’accueil d’un site permettant à l’internaute d'accéder à des ressources et services propres et extérieurs au site.
    • De plus, la plupart des journaux se présentent en ligne sous la forme de portails, alors que la majorité des accès à leurs informations se fait désormais à travers les moteurs de recherche, qui cannibalisent encore un peu plus la publicité. (Bernard Poulet, La fin des journaux et l’avenir de l’information, Gallimard, 2009, page 50)
  6. (Internet) Site web qui est une ouverture, un point d’entrée, vers d’autres sites internets, ou intranets.

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.016
Dictionnaire Français