presser
étymologie
(ca. 1160) De l’ancien français presser, du latin pressare, infinitif présent actif de presso (« presser ») et intensif de premere (d’après le supin pressum) « presser, serrer de près, harceler ».

verbe

presser \pʁe.se\ ou \pʁɛ.se\ transitif conjugaison (pronominal : se presser)

  1. Exercer une pression ; serrer plus ou moins fort.
    • La Julie, lui tournant le dos, était en train de traire et, du pis qu’elle pressait en cadence, le lait tombait dans le chaudron de fer battu avec un roulement semi-argentin de tambour. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Cette industrie du drap est en effet l’une des plus complexes, et le nombre des opérations nécessaires pour transformer la laine brute en produit fini est très élevé. Il fallait trier la laine, la teindre, la mélanger, la carder, la filer, la tisser, dégraisser le tissu, le fouler, le lainer, le tondre, l’épinceter, et enfin lui donner de l’éclat en le pressant. (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, page 235)
  2. Exprimer le jus d’un fruit, le liquide de quelque chose.
    • Presser un citron.
    • Presser une éponge.
  3. Utiliser une presse ou un pressoir.
    • Presser du moût de raisin.
  4. Appuyer contre ; peser sur.
    • M. Constant pressa le bouton d’une sonnerie et jeta un ordre au gardien qui surgit dans l’entre-bâillement de la porte. (Francis Carco, Les Hommes en cage, Éditions Albin Michel, Paris, 1936, p. 151)
    • J’avais oublié le cran d’arrêt : […]. Pour un peu, je pressais la gâchette sans que le coup partît. (Gaston Cherpillod, Les Changelins, L’Âge d’Homme, 1981, page 147)
  5. Hâter ; précipiter.
    • Mikkelsen, au contraire, impatient de voir ce qui était advenu de sa colonie, me pressait ; je cherchai amicalement à calmer son ardeur. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • François marchait près de la civière. On n’apercevait pas Lulu : elle avait le visage couvert d’un drap et la forme de son corps disparaissait sous un amas de couvertures étroitement bordées. Les brancardiers pressèrent l’allure. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 170)
    • Agressif ou flatteur, impromptu ou acharné, le dragueur égrène tout au long de son infructueuse quête sa concupiscente litanie. On presse alors le pas, tête baissée, découragée et battue, tristement ramenée à son humiliante condition de femme […]. (Djamila Saadi-Mokrane, « Petit lexique du dragueur algérois », dans La virilité en islam, sous la direction de Nadia Tazi & Fethi Benslama, Éditions de l'Aube & Intersignes, 1998, réédition de poche : Éditions de l'Aube, 2004, page 261)
    • (musique) Presser la mesure, accélérer le mouvement. (Figuré) Se hâter, faire avancer une affaire.
  6. (intransitif) Être urgent ; ne souffrir aucun délai.
    • On discute à perte de vue, on se gourme un peu les uns les autres. Au total on lantipone.
      Pourtant tout cela presse, car il y va de la santé de tout le pays.
      (José Vincent, « L'enseignement des langues de terroir », le 10 novembre 1924, dans Le Correspondant, vol. 297, 1924, p. 385)
    • Il n’y a point de temps à perdre, le mal presse, la maladie presse.
    • L’affaire presse, occupez-vous-en sans retard.
    • Rien ne presse.
  7. (pronominal) Se serrer les uns contre les autres.
    • Le chîkh ne tarde pas à reparaître accompagné de quelques notables du douar, de mes gens et d’un de ses fils portant un pot de terre rempli de charbons ardents. Et nous nous pressons autour de la chaleur bienfaisante, […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 30)
  8. (pronominal) Se dépêcher, se hâter.
    • La Girafe, excitée à fuir, se presse, s’emporte, et est bientôt hors de vue ; mais elle ne soutient point longtemps cet effort, qu’elle ressent comme une fatigue : c’est que ses poumons n’ont pas assez d’ampleur ; défaut que révèle la petitesse du coffre qui les contient. (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • Je descends le fanal dans le poste pour le rallumer, mais je ne me presse nullement. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il faisait un froid de gueux. Dans la ville, sous un ciel plus que sombre les rares passants se pressaient de rentrer au plus tôt chez eux ou à leur travail, pour ceux qui en avaient. (A. M. Ivankov-Diaz, Moi, Jean Thomas Collot, fils de gueux, Lyon : L'encre et le grattoir, 2017, page 126)
  9. (Figuré) Insister ; pousser à faire quelque chose.
    • L’Union nationale de l’apiculture française presse les pouvoirs publics de sortir l’agriculture de sa dépendance aux pesticides. (30 % des colonies d’abeilles sont mortes pendant l’hiver en France)
    • Celui-ci la retient jusqu’à la nuit close, et ne veut plus la laisser partir. Pressée de son déshonneur, elle feint de céder, et demande au comte un poignard pour couper une agrafe de son corset. Elle se perce le cœur, et les pâtissiers instituent une fête pour cette martyre boutiquière. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, 1854, Chansons et légendes du Valois)
  10. (Figuré) Poursuivre sans relâche, continuer d’attaquer avec ardeur.
    • On pressa si fort les ennemis qu’ils furent contraints à la retraite.
    • Cet avocat presse vivement son adversaire.
synonymes
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français