pression
étymologie
(Nom 1) Du latin pressio dérivé de premere.
(Nom 2) De bouton-pression.

nom


pression \pʁɛ.sjɔ̃\ ou \pʁe.sjɔ̃\ féminin

  1. (physique) Force appliquée à une unité de surface, ou grandeur scalaire, exercée par un fluide sur une surface, perpendiculairement à celle-ci.
    • La formation du pétrole par le métamorphisme du sapropel est due à la chaleur et à la pression, et, peut-être, à la pression seule : mais ce phénomène géologique doit encore être étudié. (Annales des travaux publics de Belgique, éd. Goemaere, 1907, page 168)
    • Dans le Point-d’Interrogation, […], nous avons toujours quelque chose à faire. […]. Il y a le manomètre de pression d’huile et de pression d’essence à contrôler. (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Sous l’influence des courants, des vents, et des variations de température, de formidables pressions se produisent ; le soulèvement et le chevauchement de la glace donnent naissance à des monticules ou « hummocks » qui se présentent en lignes perpendiculaires au sens de pression. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Viennent ensuite les conduites forcées qui mènent l’eau jusqu’aux turbines. Ces impressionnants tuyaux en acier de 1,9 à 2,3 mètres de diamètre peuvent supporter une pression de 28 bars. (Ludovic Dupin, « La centrale qui a électrifié la Bavière », dans L’Usine nouvelle, no 3 252, 8 septembre 2011, page 8)
  2. Action de presser.
    • On fait quelquefois de la piquette avec le marc définitif qu’on délaye dans un peu d’eau et qu’on soumet à une nouvelle pression. C’est un vin très-faible et qui s’aigrit facilement. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 135)
    • Dès le premier jour, les chevilles tuméfiées par la pression du fer se déchirèrent. Une plaie se forma, sanieuse, putride, entourée d’une auréole d’inflammation violente. (Georges Clemenceau, À l’Île du Diable dans L’Aurore, 9 juillet 1899 - En réunion dans Justice militaire, Stock, 1901, p. 247)
    • D’une lente pression du pouce le piégeur défonçait le bréchet. L’œil se ternissait, le col mollissait… (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. Contrainte morale destinée à convaincre ou faire agir.
    • Combault réfutant l’assertion du tribunal, qu’il y avait dans l’Internationale des chefs et des dirigés dit : « Chacun de nous est libre et agit librement ; il n’y a aucune pression de pensée, entre les Internationaux… » (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p. 23)
    • ''Certains articles sentent la pression, tantôt légère, tantôt brutale. Il y a un mot pour ce genre de littérature./>— Je sais : chantage. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗'', Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 240)

  4. (ellipse) Bière servie à la tireuse, sous une pression de gaz.
  5. (Par extension) Verre d’une telle bière.
    • Servez-moi une pression bien fraiche.
  6. (sport) Harcèlement de l’adversaire réduit à la défensive.
  7. (football) (basket) Marquage serré de l’adversaire en possession du ballon.
synonymes
traductions
traductions
traductions
nom


pression \pʁɛ.sjɔ̃\ ou \pʁe.sjɔ̃\ féminin

  1. Bouton-pression.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.026
Dictionnaire Français