prohibition
étymologie
Du latin prohibitio.

nom

SingulierPluriel
prohibitionprohibitions

prohibition \pʁɔ.i.bi.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de prohiber, défense, interdiction.
    • Pourquoi êtes-vous forcés d’approuver la prohibition de l’exportation des grains à l’étranger toutes les fois que l’abondance n’est point assurée à l’intérieur. (Maximilien Robespierre; Sur les subsistances, séance de la Convention du 2 décembre 1792)
    • Vous avez vu nos évêques, à très peu d’exceptions près, au mépris des prohibitions les plus certaines de notre législation concordataire, se concerter en vue de manifestations collectives, ou se livrer, tantôt isolément, tantôt simultanément, à des manifestations individuelles contre les actes les plus réguliers du gouvernement. (Discours d'Émile Combes à Auxerre, 4 septembre 1904)
  2. (En particulier) (absol) Interdiction de la vente de boissons alcoolisées.
    • Chaque semaine, des paquebots arrivaient de New-York et débarquaient des touristes américains qui venaient se reposer de leurs affaires, à l’abri des lois de la prohibition. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Pour le moment, la lutte antidrogue est aussi inefficace que la Prohibition dans les années 1930 aux Etats-Unis. (Dans «Réunion du G8 : "La lutte antidrogue est un échec mondial" » par Jules Giraudat ↗, L'Express, 10 mai 2011)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.028
Dictionnaire Français