proroger
étymologie
Du latin prorogare.

verbe

proroger \pʁɔ.ʁɔ.ʒe\ transitif conjugaison

  1. Prolonger le temps qui avait été pris, qui avait été donné pour quelque chose.
    • Elle [la petite phrase musicale] reparut, mais cette fois pour se suspendre dans l’air et se jouer un instant seulement, comme immobile, et pour expirer après. Aussi Swann ne perdait-il rien du temps si court où elle se prorogeait. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann'', 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 346)
    • On a prorogé le délai qu’on lui avait donné.
    • Proroger le terme accordé pour l’exécution d’un traité.
    • Proroger une dispense.
    • La Ville a prorogé aujourd’hui le contrat de Decaux, le temps de lancer un nouvel appel d’offres où la publicité lumineuse n’aura pas lieu d’être tant qu’un nouveau règlement n’aura pas été négocié. (Jean-Michel Thénard, Paris s’affiche encore avec Decaux, Le Canard Enchaîné, 25 octobre 2017, page 4)
  2. (Législation politique) Suspendre les séances d’une assemblée et en remettre la continuation à un certain jour.
    • L’assemblée se prorogea jusqu’au mois de novembre.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français