protestantisme
étymologie
(1623) De protestant et suffixe -isme.
Ce sont les adversaires de la Réforme qui, les premiers, utilisèrent ce quolibet en 1529, en Allemagne, en désignant les princes protestants et les villes libres.

nom

SingulierPluriel
protestantismeprotestantismes

protestantisme \pʁɔ.tɛs.tɑ̃.tism\ masculin

  1. (religion) Croyance des églises protestantes sur les points où elle diffère de la doctrine catholique.
    • Du reste, je vous ai déjà démontré plus d'une fois, que cette prétendue prospérité des pays protestants n'existe pas. Mais, les protestants, fussent-ils tous riches comme Crésus, il n'en demeurera pas moins vrai, que le protestantisme périra comme ont péri toutes les autres sectes. (Jean Perrone, Le protestantisme et l'église catholique: Controverses à l'usage du peuple, traduit de l'italien par Auguste Onclair, Bruxelles & Louvain : chez C.-J. Fonteyn, 1856, p. 31)
    • Le calvinisme du XVIe siècle nous offre un spectacle qui est peut-être encore plus instructif ; mais il faut bien faire attention à ne pas le confondre, comme font beaucoup d’auteurs, avec le protestantisme contemporain ; ces deux doctrines sont placées aux antipodes l’une de l'autre […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p. 16)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.026
Dictionnaire Français