punir
étymologie
Du latin ''punio.

verbe

punir \py.niʁ\ transitif conjugaison

  1. Infliger une correction à quelqu’un.
    • Punir un enfant pour une faute légère.
    • D’un coup d’œil scrutateur, le père l’examinait et le gars, craignant d’être fouillé, commençait à n’en pas mener large, une danse soignée ne manquant jamais de punir sans sursis tout vol domestique. (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Avec quelle joie il lui eût frotté la bouche de cette laine rugueuse, avec quelle affreuse joie il l’eût frappée, punie, oui punie, de son arrogance ! Le sang lui en montait à la tête. (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 159)
  2. Sanctionner une faute par une peine.
    • Longue marche dans le brouillard. Le régiment tousse, moins la compagnie du lieutenant Viard, où la toux est punie et où les soldats se rattrapent sur l'éternuement. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Hélas! si tous les héros n'ont pas été récompensés comme ils méritaient de l'être, tous les traîtres n'ont pas été punis. (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, page 32)
  3. (Par extension) Se dit aussi en parlant du crime, de la faute.
    • C’est un crime qu’on ne saurait punir trop sévèrement.
  4. (Par extension) Mal reconnaître ce qu’on a fait pour nous, rendre le mal pour le bien.
    • Il a été bien puni de son excessive indulgence pour ses enfants.
    • Je suis puni de ma trop grande confiance en cet homme-là.
synonymes antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français