révocation
étymologie
Du latin revocatio.

nom

SingulierPluriel
révocationrévocations

révocation \ʁe.vɔ.ka.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de révoquer ; annulation, en parlant d'une chose ou d'un acte ; renvoi ou destitution, en parlant d'une personne.
    • Les protestans avaient, au dix-septième siècle, un temple à Sanvic; […]. Lors de la révocation de l’édit de Nantes, la jeunesse catholique du Havre se porta en foule à Sanvic, et détruisit, en peu d’instans, cet édifice religieux dont on chercherait vainement aujourd'hui la place. (Joseph Morlent, Le Havre ancien et moderne et ses environs, chap. 22, tome 2, Le Havre : chez Chapelle & Paris : chez Pillet ainé, 1825, p. 3)
    • Avant la révocation de l'Édit de Nantes, une idée domine chez tous les prédicateurs réformés : la défense de leur Église et de ses doctrines. Les réformés étaient menacés de plusieurs manières, et la lutte était pour eux une nécessité; […]. (Alexandre Rodolphe Vinet, Histoire de la prédication parmi les réformés de France au dix-septième siècle, Paris : chez les éditeurs, 1860, p.621)
    • Tu ne connais pas l’inspecteur d’Académie. Il transmettra le rapport au recteur, et ça pourrait aller jusqu’à la révocation. (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 343)
    • Harland, qui a fort bien connu Vavilov, condamne sans réserves les théories mitchouriniennes, taxe Lyssenko de charlatan et dénonce les odieuses manœuvres qui ont abouti à la révocation des principales figures de la génétique soviétique. (Joël Kotek & Dan Kotek, L'affaire Lyssenko, page 196, Éditions Complexe, 1986)
  2. (En particulier) (informatique) Retour à un état antérieur (par exemple dans l’historique d’un système de gestion de versions, ou dans une base de données).

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français