révolution
étymologie
Du latin revolutioretour » ).

nom

SingulierPluriel
révolutionrévolutions

révolution \ʁe.vɔ.ly.sjɔ̃\ féminin

  1. (astronomie) Retour d’une planète, d’un astre au même point.
    • Mais on devrait se rappeler que pendant un long temps la coïncidence de la rotation de la Lune avec sa révolution sidérale, […], a été considérée comme un fait positivement miraculeux ; et qu’il y avait, même parmi les astronomes, une singulière disposition à attribuer cette merveille à l’agence directe et continue de Dieu, […]. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • (Figuré) - Son âge réel, si vous le lui demandez, est de deux cent soixante-quinze ans: il a d'abord vécu cent ans, sans infirmités, du règne de Henri II au règne de Louis XIV; puis, grâce à son secret, tout en mourant aux yeux du vulgaire, il a accompli trois autres révolutions de cinquante ans chacune. (Alexandre Dumas, ''Les Mille et Un Fantômes)
  2. (Figuré) Changement qui arrive dans les choses du monde, dans les opinions, etc.
    • Chef de file du mouvement zazou, Charles Trenet n’adhérera pas pour autant à la révolution be-bop qui déferle à la Libération. (Serge Loupien, Trenet, le centenaire, Libération, 20 février 2001 & 16 février 2013)
    • Révolution dans les arts, dans les sciences, dans les esprits, dans les mœurs.
    • Il s’opéra, il se fit une révolution dans les idées.
  3. (Figuré) Changement qui arrive dans la vie, dans les pensées, dans les mœurs d'une personne.
    • Écoutez, mes amis, avait dit l’aveugle, ma fille aime, je le sens, je le vois... Une étrange révolution s’est accomplie en elle, et je ne sais pas comment vous ne vous en êtes pas aperçus... (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Dès lors, une révolution s'accomplit dans l'esprit et les mœurs du jeune chevalier. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  4. (populaire) (vieilli) (ellipse) Émotion violente.
    • Cela m’a causé une révolution.
  5. (En particulier) (politique) Renversement brusque d’un régime politique par la force. voir Révolution
    • Mais les révolutions sont toujours des sacrifices que le temps fait à l'avenir, et qui nécessitent de la part des peuples par qui elles s'accomplissent un grand désintéressement momentané. (Lamartine, Jacquard)
    • Mais quand tout fut fini, les magnats accoururent des quatre coins de la Pologne, en qualité de sauveurs de la patrie. Les sauveurs sont la plaie des révolutions populaires. (François-Vincent Raspail, De la Pologne — Les deux insurrections, 1839)
    • S'ils se sont répandus, nombreux, à travers d'autres pays, c'est soit pour fuir des catastrophes (guerres, révolutions, massacres,) soit pour échapper aux inconvénients de la surpopulation. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Il est arrivé qu'une révolution, faite par des millions de pauvres gens dans un esprit égalitaire, avec une idéologie socialiste, ayant remporté une victoire complète, s'est trouvée confisquée par les parvenus qu'elle avait installés dans tous les rouages de l'État, et d'abord dans ceux du parti révolutionnaire. (Victor Serge, Portrait de Staline -1940)
    • La révolution de 1940-41 n'aura été qu'un abandon de ces institutions judaïsantes et fausses, et un effort pour reconstruire la France sur le terrain proprement français. (Louis Thomas, ''Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941)
  6. (Métrologie) (Géométrie) Unité de mesure d’angle plan égale à 360 degrés. Symbole : r.
synonymes
Mesure d’angle

traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
Révolution
étymologie
voir révolution

nom propre

Révolution \ʁe.vɔ.ly.sjɔ̃\ féminin singulier

  1. (Absolument) (histoire) La révolution politique la plus mémorable qui ait eu lieu dans un pays.
  2. (En particulier) (France) La révolution de 1789 à 1799.
    • La Révolution ne convient qu’au peuple, aux hommes de toutes les conditions qui ont une âme pure & élevée, aux philosophes amis de l’humanité, aux sans-culottes, qui se sont, en France, parés avec fierté de ce titre, […]. (Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • A cette nouvelle, Danton surexcita la colère populaire, et ne voulant laisser à la Révolution d'autre refuge que la victoire, il s'écria que pour déconcerter l'ennemi il fallait « faire peur aux royalistes ». (Alfred Barbou ↗, Les Trois Républiques françaises ↗, A. Duquesne, 1879)
    • […] car l’Empereur n’aime que la guerre. Il a déjà versé plus de sang pour donner des couronnes à ses frères, que notre grande Révolution pour gagner les Droits de l’Homme. » (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Il est vrai que tous les jours nous faisons un pas vers la liberté, l'égalité, la fraternité, trois grands mots que la Révolution de 93, vous savez, l'autre, la douairière, a lancés au milieu de la société moderne. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Avant-propos)
    • La tante ne pleura pas, car la Révolution a laissé aux femmes de l'ancienne monarchie peu de larmes dans les yeux. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Nous en avons un exemple dans le règlement de la verrerie qui appartenait, avant la Révolution, à la Châtellenie d'Apremont, […]. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.089
Dictionnaire Français