refrain
étymologie
Faisait refraitmélodie », « répons liturgique », au figuré « propos répétés, pensées constantes ») en ancien français, déverbal de refraindre (« briser », « réprimer, modérer », « moduler [la voix] », « retentir, entonner ») lui-même du latin populaire refrangere, réfection sur frangere de refringere.

nom

SingulierPluriel
refrainrefrains

refrain \ʁə.fʁɛ̃\ masculin

  1. Un ou plusieurs mots qui se répètent à la fin de chaque couplet d’une chanson, d’une ballade, d’un rondeau, etc.
    • Et, au moment où je sors, j’entends un refrain d’opérette s’échapper de la bouche en cœur de M. Caterna. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • S’accompagnant de son gimbri, il nous chante, d’une voix tantôt gutturale, tantôt nasillarde, d’interminables mélopées, que l’assistance reprend aux refrains avec des battements rythmiques des mains. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 33)
    • Heureux comme un prince, il s’engagea dans le bois par le sentier de la Côte se tenant à quatre pour ne pas entonner son refrain favori . (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Depuis l’Argonne de 1914, le chant d’abeilles des balles s’est inscrit dans mes circonvolutions cérébrales comme, dans la cire d’un disque, un refrain prêt à jouer dès le premier tour de manivelle […]. (Marc Bloch, L'étrange défaite : La déposition d'un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, page 86)
    • Il avait fait considérablement pire avec un 45 tours dont le refrain était : « Ah ce qu’il est joli le petit Rocheteau », un nanar de niveau olympique, mais tout marchait, tout se vendait, même n’importe quoi, surtout n’importe quoi. (Vincent Duluc, Un printemps 76, Éditions Stock, 2016)
  2. (Figuré) (familier) Ce qu’une personne ramène sans cesse, à toute occasion, dans ses propos.
    • ''« Tu devrais te marier », me disait mon père./>Pendant les dernières semaines de mes vacances à Villeneuve, c’était devenu son refrain. (Paul Guth, Le mariage du Naïf'', 1957, réédition Le Livre de Poche, page 5)

    • Qu’il suffise de dire que c’était le moment où « la paix négociée » était le refrain rabâché par les ennemis de l’Angleterre. (Agatha Christie, Les Enquêtes d’Hercule Poirot, 1968, L’Enlèvement du Premier ministre (nouvelle))
    • Oui, oui, on connaît bien ce discours. C’est le vieux refrain de l’éducation progressiste. Mais on a déjà essayé de l’appliquer et ça n’a pas marché. (Seymour Papert, trad. Étienne Cazin, L’enfant et la machine à connaître : Repenser l’école à l’ère de l’ordinateur, Dunod, Paris, 1994) }{#if:{#if:| (OCLC {oclc} ↗)}}, page 25}}
    • Je passai les heures qui suivirent à rédiger des missives à ce joueur de golf. Monsieur Saito rythmait ma production en la déchirant, sans autre commentaire que ce cri qui devait être un refrain. (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Albin Michel, 1999, page 11)
  3. (marine) (rare) Retour des houles ou grosses vagues qui viennent se briser contre les rochers.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français