relâchement
étymologie
 Composé de relâcher et de -ment.

nom


relâchement \ʁə.laʃ.mɑ̃\ ou \ʁə.lɑʃ.mɑ̃\ masculin

  1. État d’une chose qui devient moins tendue qu’elle n’était, qui a perdu de son ressort.
    • Lorsqu'un relâchement se manifeste, et surtout pendant l'été, les champs de glace se brisent, […]. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le relâchement des cordes d’un violon.
    • (Par extension) (Médecine)Le relâchement du ventre.
  2. (Figuré) Diminution de l’effort, de la vigueur, de la régularité, de la sévérité.
    • Lors même que l’arrivée du grand maître n’eût pas été si soudaine et si inattendue, il n’y aurait rien eu à Templestowe qui eût décelé un relâchement de discipline, […]. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La marquise avait perdu sa mère en bas âge, et son éducation fut naturellement influencée par le relâchement qui, pendant la révolution, dénoua les liens religieux en France. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Le relâchement du lien vassalitique est une des causes de la défaite finale du Midi et de son suzerain, le comte de Toulouse. (Paul Gachon, Histoire du Languedoc, Boivin & Cie, 1941, p.89)
  3. (En bonne part) Délassement ; état de repos ; utile cessation de travail ou d’exercice.
    • Après une grande contention d’esprit, on a besoin de quelque relâchement.
  4. (Parfois) Relargage.
    • En outre, contrairement à celui de Tchernobyl, ils sont munis d'une enceinte de confinement, qui restreindrait le relâchement de la radioactivité en cas d'accident grave. (Bernard Bonin, Étienne Klein & Jean-Marc Cavedon, Moi U235, atome radioactif, Éditions Flammarion, 2001)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.048
Dictionnaire Français