retomber
étymologie
De tomber, avec le préfixe re-.

verbe

retomber \ʁə.tɔ̃.be\ intransitif conjugaison

  1. Tomber encore.
    • Lourdement, balayant de ses larges plis le plateau, la masse du velum rouge dégringola du cintre avant de remonter, pour retomber et se relever de nouveau. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • (Figuré) Retomber dans une faute qu’on avait déjà commise.
    • Il retombe toujours dans son péché ou, absolument,
    • Il retombe toujours.
  2. Revenir vers un état antérieur.
    • Ils nous dévisagèrent tous du même coup d’œil et sans paraître reconnaître Bob qui, sobrement, distribuait de silencieuses poignées de main, retombèrent dans leurs réflexions. (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Il la pénétrait bestialement, dans une hébétude sensuelle qui n'atteignait à la lucidité qu'à la minute où l'on voit, par une nuit d'été, la fusée d'un feu d'artifice fondre en un riche bouquet d'étoiles pâmées qui retombent au néant. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 58)
    • Protiste en m’entendant divaguer de la sorte, il s’est fait la réflexion que je venais sûrement de retomber malade. (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
  3. (En particulier) (Médecine) (Absolument) Être atteint de nouveau d’une maladie dont on croyait être guéri.
    • S’il retombe, il en mourra.
    • On le croyait guéri, il est retombé.
  4. Tomber après s’être élevé.
    • À peine s’est-elle montrée, que brandissant le crucifix à deux mains, de toute la hauteur de mes bras, je le laisse retomber lourdement sur la tête de Carmen. (Octave Mirbeau, [http://www.la-pensée-française.com/octave-mirbeau-chanson-carmen.html Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882)])
    • Mais l’autre couchée sur son lit, gémissante et douloureuse, ne se souleva qu’avec peine pour retomber bientôt lourdement sur sa couche. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […], on descendit dans des caves, on suivit des souterrains dont les parois, cotonnées par les fleurs du nitre, […], laissaient suinter l'eau qui retombait en gouttes. (Maurice Maindron, Blancador l'avantageux, Éditions de la Revue Blanche, 1901, page 362)
    • Les nuages retombent en pluie. — Ce jet d’eau retombe droit dans son bassin.
  5. Pendre.
    • Vingt-six à vingt-sept ans, de taille moyenne, mince, nerveux, les yeux énergiques, les cheveux roux, il a moustache rousse retombant à la gauloise. (Jules Mary, La Pocharde, 1898, chap. 1, Paris : chez H. Geoffroy, 1904-1905, p. 7)
    • Son ventre retombait en plis grassouillets sur une taillole de flanelle grège retenant le pantalon. (Jean Siccardi, La Chênaie de Seignerolle, Presses de la Cité, 2010, chap. 17)
  6. (Figuré) Atteindre en parlant de pertes, de dommages, de blâmes, etc., qui sont rejetés sur quelqu’un.
    • La perte retombe sur moi.
    • La honte en retombera sur lui.
    • Les frais du procès retombèrent sur un tel.
    • Le sang qu’il a versé retombera sur lui, sur sa tête, Il portera la peine du meurtre qu’il a commis.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français