ronger
étymologie
De l’ancien français rungier, issu du latin rumigare, le \o\ de la nasale provenant pour sa part de rodere ; les deux verbes étant sémantiquement proches.

verbe

ronger \ʁɔ̃.ʒe\ transitif conjugaison

  1. Entamer, déchiqueter avec les dents à fréquentes reprises.
    • Un chien qui ronge un os.
    • Les vers rongent le bois.
    • Ronger ses ongles.
  2. (analogie) Miner, corroder ou consumer peu à peu, en parlant de certaines choses.
    • Les grands floes épais mis en liberté sont usés par la friction, rongés par les mouvements de la mer et par le dégel, ils constituent fréquemment des masses aux formes bizarres et élégantes d'une glace bleue-verdâtre très dure. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Son pied gauche, dont l'orteil rongeait la chaussette dix fois raccommodée, déchiquetant les mailles et creusant sa trouée, le faisait souffrir cruellement. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • La rouille ronge le fer.
    • Le temps ronge et détruit tout.
    • Cet homme a un ulcère qui le ronge.
  3. (Figuré) Inquiéter, qui tourmenter, en parlant de certaines choses.
    • Les soucis rongent l’esprit.
    • Les remords rongent la conscience.
    • Le chagrin ronge cet homme.
    • L’envie le ronge.
    • J’abîmais mon corps, à mesure que la situation rongeait mon moral et mon courage. (« Dans le secteur associatif, les bons sentiments sont la porte ouverte à tous les abus »)
    • Dans leur coquette maison de la campagne rennaise, ils sont rongés par « la honte » d’avoir tout perdu. Ils parlent du courage qu’il leur a fallu pour parler à leurs deux filles. (L’incroyable arnaque aux diamants)
  4. (Figuré) (familier) Dilapider, consumer le bien d’autrui.
    • Il a une foule de complaisants, de collatéraux qui le rongent.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.027
Dictionnaire Français