rudesse
étymologie
Mot  composé de rude et de -esse.

nom

SingulierPluriel
rudesserudesses

rudesse \ʁy.dɛs\ féminin

  1. Caractère de ce qui est rude, âpre au toucher.
    • La rudesse de la barbe, de la peau.
    • La rudesse de la toile neuve.
  2. (Figuré) Violence, impétuosité.
    • L’attaque fut d’une telle rudesse que l’ennemi lâcha pied aussitôt.
  3. Caractère de ce qui est rigoureux, pénible.
    • La rudesse de l’hiver.
  4. Caractère de ce qui, par sa dureté, est choquant, désagréable à voir, à entendre, à lire, etc., en parlant de choses.
    • Ses traits ont de la rudesse.
    • – Tu as raison, répondit le père d’un ton de douceur qui contrastait avec la rudesse de la jeune fille, mais c’est qu’on ne te laisserait pas entrer dans les églises. (Victor Hugo, Les Misérables, III, 8, 7 ; 1862)
    • La rudesse de son style.
  5. (Figuré) Caractère de ce qu’il y a de rude dans l’esprit, dans le caractère, dans l’humeur, dans les manières d’agir de certaines gens.
    • En entrant, il s'était incliné devant M. Madeleine avec un regard où il n'y avait ni rancune, ni colère, ni défiance, il s'était arrêté à quelques pas derrière le fauteuil du maire ; et maintenant il se tenait là, debout, dans une attitude presque disciplinaire, avec la rudesse naïve et froide d'un homme qui n'a jamais été doux et qui a toujours été patient. (Victor Hugo, Les Misérables, I, 6, 1 ; 1862)
    • La rudesse de son caractère, de son humeur.
    • Quelle rudesse de langage!
    • La rudesse de l’accueil qui lui a été fait.
    • Traiter quelqu’un avec rudesse.
synonymes antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.034
Dictionnaire Français