sacrifier
étymologie
(ca. 1155) Du latin sacrificare « faire un acte sacré, rendre sacré ».

verbe

sacrifier \sa.kʁi.fje\ transitif conjugaison (pronominal : se sacrifier)

  1. (Religion) Offrir quelque chose à Dieu ou aux divinités, avec certaines cérémonies, pour leur rendre hommage.
    • Sacrifier des victimes, un taureau, un agneau. — Abraham consentit à sacrifier son propre fils, pour obéir à Dieu.
    • (Absolument)Abraham alla sacrifier sur la montagne. — Les prêtres des Juifs avaient seuls le droit de sacrifier dans le temple.
    • Socrate mourant demanda que l’on sacrifiât un coq à Esculape.
  2. (Figuré) Se conformer par faiblesse, par complaisance, par habitude.
    • Les deux sœurs se casaient, plus ou moins confortablement mariées, et l'aînée, sacrifiant à la tradition, enfantait régulièrement deux fois tous les trois ans. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 27)
    • C'est bien fait, beau travail, fit-il, je vois que vous avez sacrifié au rite de la petite communauté qui veut que l’intégration ici passe par la production jardinière, une sorte d’urbanité légumière, le raffinement horticole, […]. (Fabrice Lomon, Pendant que les champs brûlent, Éditions Le Manuscrit, 2012, p. 27)
  3. Abandonner volontairement quelque chose, y renoncer, pour l’amour de Dieu ou en considération d’une personne, d’une chose.
    • Sacrifier à Dieu sa haine, son ressentiment, sa vengeance.
    • Il a sacrifié ses intérêts à son ami. — J’ai tout sacrifié pour vous. — Il a sacrifié sa vie pour son pays.
  4. Perdre, délaisser, abandonner.
    • Sacrifier une chose, une personne à une autre. — J’ai sacrifié mes plus légitimes ambitions à mon repos.
    • Cet architecte sacrifie la solidité à l’élégance. — Il m’a sacrifié à mes pires ennemis.
  5. (Absolument) Rendre quelqu’un victime de quelque dessein ou de quelque intérêt.
    • Les physiocrates paraissaient disposés à sacrifier les individus à l'utilité générale ; […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.140-141)
    • On a sacrifié ce subalterne pour sauver l’honneur d’un homme puissant.
    • On a sacrifié inutilement les meilleures troupes.
  6. (Figuré) Employer, utiliser ce qui nous est précieux.
    • Sacrifier tout son temps, tout son loisir à quelque chose.
    • Sacrifier son repos, son bonheur, etc., à celui d’un autre.
    • Sacrifier tout à sa passion, à son ambition, à sa vengeance, etc. — Sacrifier quelqu’un à son ambition, à son ressentiment, etc.
  7. (pronominal) Se dévouer à quelqu’un ou quelque chose sans réserve ; souffrir tout pour son service, pour l’amour de lui.
    • De toute évidence, il était humainement impossible que l’escadre américaine de l’Atlantique pût vaincre les Allemands ; […]. Son devoir, donc, n’était pas de vaincre, mais de se sacrifier, le plus sévère devoir au monde. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 176 de l’éd. de 1921)
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français