servitude
étymologie
Du latin servitudo.

nom

SingulierPluriel
servitudeservitudes

servitude \sɛʁ.vi.tyd\ féminin

  1. Esclavage, captivité ; état d’un peuple entièrement subjugué.
    • Historiquement, lorsqu'une ethnie envahit le territoire d'une autre ethnie, elle la réduit habituellement en servitude. (« L’insoutenable légèreté du darwinisme », dans Le Québec sceptique, n° 60, pp. 40-47, été 2006)
    • Le joug de la servitude.
    • Délivrer, tirer de servitude.
    • Sortir de servitude.
  2. (Figuré) État d’un homme assujetti, livré à ses passions.
    • Je percevais au tremblement de leur voix, au miel de leurs paroles, cette terrible servitude qui les liait à ce qu'on nomme l'amour, d'un mot trop doux parce qu'on ne veut pas lui donner son véritable visage de bestialité et d'animalité. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
  3. Contrainte, assujettissement.
    • Il est obligé de se rendre là tous les jours à telle heure, c’est une grande servitude.
  4. (Droit) Assujettissement, une charge que doit supporter le propriétaire d’une maison, d’une terre, comme un passage, une vue, l’écoulement des eaux, etc.
    • Imposer une servitude.
    • Racheter une servitude.
    • Il y a de fâcheuses servitudes sur cette maison.
    • Servitudes urbaines.
    • Servitudes rurales.
    • Servitude de passage, de vue.
    • Servitude de tréfonds.
  5. (Au pluriel) (technique) Installation, réseau, alimentation auxiliaire qui est nécessaire au fonctionnement d'un appareil, d'un système, d´un laboratoire.
    • Servitudes d’habitacle (climatisation, éclairage interne d’une voiture, d'un avion)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.048
Dictionnaire Français