snob
étymologie
De l’anglais snob, mot tiré du vieil anglais pour « cordonnier », d’abord utilisé dans l’argot des étudiants de l’Université de Cambridge pour désigner les plébéiens. Le sens s’inversa pour désigner ceux qui utilisaient ce terme.

adjectif

SingulierPluriel
snobsnobs

SingulierPluriel
Masculinsnob
\snɔb\
snobs
\snɔb\
Fémininsnobe
\snɔb\
snobes
\snɔb\

snob \snɔb\ masculin et féminin identiques

  1. (Péjoratif) Qui est atteint de snobisme.
    • Les gens ne vont pas croire que je n'ai pas posé pour ces photos. Ils vont penser que je suis une vendue. Ils vont penser que je ne suis qu’une mannequin snob et prétentieuse. (Meg Cabot, ‎Journal d'une princesse, tome 3 : Un amoureux pour Mia, traduit de l'anglais par Josette Chicheportiche, éd. Hachette Romans, 2003)
    • ''J’suis snob… J’suis snob,/>j’suis ravagé par ce microbe./>J’ai des accidents en Jaguar,/>je passe le mois d’août au plumard,/>c’est dans les p’tits détails comme ça/>que l’on est snob, ou pas./>[…]/>et quand je serai mort,/>j’veux un suaire de chez Dior ! (Boris Vian, J’suis snob'', 1954)

synonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
snobsnobs

snob \snɔb\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui veut faire croire, par ses manières, qu’elle connaît la haute société.
    • [Charrigaud :] À peine eut-il senti passer les premières caresses du succès, que le snob qui était en lui —et c’est pour cela qu’il le peignait avec une telle force d’expression— se révéla, explosa, pourrait-on dire, comme un engin qui vient de recevoir la secousse électrique… Il commença par lâcher ses amis devenus encombrants ou compromettants, ne gardant que ceux qui, les uns par leur talent accepté, les autres, par leur situation dans la presse, pouvaient lui être utiles et entretenir de leurs persistantes réclames sa jeune renommée. En même temps, il fit de la toilette et de la mode une de ses préoccupations les plus acharnées. (Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre, 1915)
    • Quand Bloch me parla de la crise de snobisme que je devais traverser et me demanda de lui avouer que j’étais snob, j’aurais pu lui répondre : « Si je l’étais, je ne te fréquenterais pas. » (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1919)
    • […] quand on parlait à Odette de Mme Verdurin comme d’une snob, Odette se mettait à rire et disait : « C’est tout le contraire […] » Et secrètement elle enviait à Mme Verdurin (bien qu’elle ne désespérât pas d’avoir elle-même à une si grande école fini par les apprendre) ces arts auxquels la Patronne attachait une si belle importance, bien qu’ils ne fassent que nuancer l’inexistant, sculpter le vide, et soient à proprement parler les Arts du Néant […] (, ibid.)
    • Autour d’eux, des intellectuels, des écrivains d’avant-garde, snobs gagnés à un bolchevisme moral et politique, arrivistes précocement aigris, les appuient et les encadrent. (Philippe Henriot, Le 6 février, 1934)
    • Avec Marjo, on s’est mis à chanter à tue-tête Chats sauvages. La poule mouillée s’est sauvée. On n’a rien contre la musique classique. Mais on a tout contre les snobs, les casseuses de party. (France Vézina, Osther, le chat criblé d’étoiles, Éditions Québec-Amérique, 1990, p. 153)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français