solive
étymologie
Mot  composé de sole (« pièce de charpente ») et de -ive voir censive.

nom

SingulierPluriel
solivesolives

solive \sɔ.liv\ féminin

  1. Pièce de charpente qui sert à soutenir les planchers et qui porte sur les murs ou sur les poutres.
    • Une solive trouée avec une pierre pour pivot ferme la haie d’un champ ; […]. (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, tome 1, chez Émile Testard, 1891, p. 25)
    • Il existe deux endroits où l’on peut couper dans les solives sans diminuer la résistance du plancher. On peut d’abord entailler la partie supérieure des solives à ses points d’appui, et ce, sur une épaisseur correspondant au tiers de la hauteur de la solive et sur une longueur égale à la moitié de sa hauteur. (André Bergeron, Collège du Vieux Montréal, La rénovation des bâtiments, Presses Université Laval, 2000)
    • Le Sauvage lui souriait entre deux randonnées et repartait. Il retournait à ses vignes, à ses bois spongieux, s’attardait aux auberges de carrefours où tout est noir autour d’une longue chandelle : les solives, les murs enfumés, le pain de seigle et le vin dans les gobelets de fer… (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, p. 12)
  2. (Eaux et forêts) (Désuet) Unité de mesure des bois de charpente.
    • Quelles que soient en effet les différentes formes des Bois, ils renferment toujours ou des solives, ou des parties de solive. Concevons donc tout simplement cette mesure comme un composé de trois pieds cubes, égaux à 5184 pouces cubes. (Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 107, chez Panckoucke à Paris, 1791)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français