soupirer
étymologie
Du latin suspirare.

verbe

soupirer \su.pi.ʁe\ intransitif conjugaison

  1. Pousser des soupirs.
    • Elle soupira en souriant, me jeta un regard de détresse qui signifiait : « Dieu ! que les hommes sont bêtes ! » […]. (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre I)
    • Il contempla son verre où la lumière de la lampe se réfractait et soupira :
      — Nul n'y peut rien!
      (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 90)
    • Mon supérieur soupira avec exaspération et ne répondit pas. (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 10)
  2. (Figuré) Désirer ardemment ; rechercher avec passion. — Note: En ce sens, il est ordinairement suivi de la préposition après.
    • Ils soupirent après 1919 et le wilsonnisme. Grand bien leur fasse. On sait ce que les couplets sur la dernière des guerres, le droit des nations à disposer d'elles-mêmes et ce messianisme humanitaire ont donné comme résultats. (Pierre Hervé, La Libération trahie, éd. Grasset, 1945, p. 111)
    • Il y a longtemps qu’il soupirait après cette place, qu’il soupirait après cela.
  3. (vieilli) Il s’emploie dans le même sens, avec la préposition « pour ».
    • Il soupire pour cette femme.
    • J’ai longtemps soupiré pour vous.
  4. (vieilli) Il est quelquefois transitif au figuré. (Il n’est d’usage ainsi qu’en poésie.)
    • Soupirer ses peines.
    • Les vers que soupirait Tibulle.
    • Sans doute la beauté qu'Orosmane idolâtre,
      Soupirant son amour, ses combats, ses malheurs,
      Par le seul art des vers eût fait couler nos pleurs.
      (Gabriel Legouvé, Le mérite des femmes, et autres poésies, Le mérite des femmes ; Ant.-Aug. Renouard, Paris, 1809, page 18.)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français