souverainisme
étymologie
De souverain avec le suffixe -isme.
Le mot apparaît dans le vocabulaire québécois en 1967 (voir note ci-dessous). C'est dans les années 1996-1997 qu'il est adopté en France « au sein des associations en lutte contre les traités de Maastricht et d'Amsterdam afin d'échapper aux qualificatifs négatifs tels qu'“anti-européens” dont les affuble la presse » .

nom

souverainisme \su.vʁɛ.nism\ (\su.və.ʁɛ.nism\ au Québec) masculin

  1. (Canada) Option politique selon laquelle le Québec devrait devenir un pays souverain, donc quitter la fédération canadienne.
    • Les fédéralistes, eux, abhorrent son souverainisme et les indépendantistes, en retour, l’accusent d'être trop mou. (Le Devoir, 22–23 juillet 2006)
    • Nationaliste, le journaliste reconnaît avoir voté OUI en 1980 et en 1995. Le discours de Jacques Parizeau, lors de cette seconde défaite, a transformé son souverainisme mou en fédéralisme pragmatique. (Le Devoir, 18–19 février 2006)
  2. (Europe) Option politique basée sur la défense de la souveraineté de chaque pays, par opposition aux doctrines prônant une plus grande intégration européenne.
    • La campagne du parti animé par l’industriel zurichois Christoph Blocher, axée sur la dénonciation de l’insécurité liée à l’immigration, la nécessité de réformes libérales pour sortir du marasme économique, la défense d’un souverainisme farouche hostile à une éventuelle adhésion à l’Union européenne, séduit une Suisse gagnée par le doute. (L’Express, 16 octobre 2003)
    • À l’opposition souverainisme/européisme, trame de l’affrontement autour du traité de Maastricht, se substitue une mosaïque de oui-non aux motivations variées. (L’Express, 22 novembre 2004)
synonymes
Sens canadien
antonymes
Sens canadien
Sens européen

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français