suicide
étymologie
Du latin sui et caederetuer »), d’après homicide voir -cide.

nom

SingulierPluriel
suicidesuicides

suicide \sɥi.sid\ masculin

  1. Action d’une personne se donnant volontairement la mort.
    • Je ne parlerai pas ici des couvents qui se font maison de force, des affaires de Sens, Avignon, Poitiers, ni des suicides qui ont eu lieu, hélas ! bien plus près de nous. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, Préface de la 3e édition, p. XX.)
    • Le chiffre maximum des suicides est enregistré, ici, au printemps, comme en Italie, et non en été, comme en France. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931.)
    • Ce même comportement magique consistant à réaliser exprès ce dont nous avons peur pour nous en délivrer – cette politique de Gribouille – peut se retrouver dans le suicide qui, à bien des égards, tire son prestige du fait qu'il nous apparaît, paradoxalement, comme le seul moyen d'échapper à la mort, en disposant librement, en la réalisant nous-même ; mais, en nous suicidant, ce n'est pas une part du feu que nous faisons, c’est tout entier que nous nous y jetons – sans rémission. (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 87.)
    • En août, Proust apprend le suicide par pendaison, à Londres, d’Emmanuel Bibesco qui souffrait de paralysie faciale. (Cyril Grunspan, Marcel Proust: Tout dire, Portaparole, 2005, p. 67.)
    • Selon les études, les filles sont entre deux et quatre fois plus nombreuses que les garçons à faire ou à déclarer avoir fait une tentative de suicide. Par contre, il y a beaucoup plus de garçons que de filles qui décèdent d’un suicide. (Maja Peret-Catipovic, Le suicide des jeunes : comprendre, accompagner, prévenir, 2004, p. 31.)
    • Ce roturier se haussait du col au point d'estimer qu'il avait, lui aussi, accès au suicide, cette marque de courage et de prestige réservée aux âmes bien nées ! (Frédéric Lenormand, Les nouvelles enquêtes du Juge Ti : Diplomatie en Kimono, Éditions Fayard, 2009, chap. 1)
    • Une ambiance de catastrophe globale allège toujours un peu les catastrophes individuelles, c’est sans doute pour cette raison que les suicides sont si rares en période de guerre. (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 308.)
  2. (Par extension) Action présentant de forts risques pour la vie de celui qui l’entreprend.
    • Tenter d’atteindre le sommet dans ces conditions relève plus du suicide que de l’exploit sportif.
  3. (Figuré) Action, démarche qui ruine la personne la faisant.
    • C’est un suicide social.

traductions
adjectif

SingulierPluriel
suicidesuicides

suicide \sɥi.sid\ masculin et féminin identiques

  1. (Plus rare) Qui se tue lui-même.
    • Un des plus grands orateurs de la chaire chrétienne a dit, de nos jours, à l’occasion de Voltaire, que l’impie est à-la-fois déicide, homicide et suicide ; […] ; enfin suicide, en ce qu’il attire sur sa tête toutes les malédictions célestes, et provoque, autant qu’il est en lui, des châtiments et sans mesure et sans fin. (P. L. Ossude, Le siècle des beaux-arts et de la gloire, ou La mémoire de Louis XIV justifiée, 1838, p. 80.)
forme fléchie

suicide \sɥi.sid\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de suicider.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de suicider.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de suicider.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de suicider.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de suicider.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.015
Dictionnaire Français