sujétion
étymologie
Du latin subjectio avec une évolution parallèle de subjectus vers sujet. voir assujettir

nom

SingulierPluriel
sujétionsujétions

sujétion \sy.ʒe.sjɔ̃\ féminin

  1. Dépendance, état de celui qui est soumis à un pouvoir, à une domination.
    • Vivre, tenir, dans la sujétion.
    • S’affranchir de la sujétion, demeurer dans la sujétion qu’on doit aux lois.
    • « ... la sujétion féminine se vit encore renforcée quand nos ancêtres abandonnèrent leur existence nomade pour se sédentariser et commencèrent à accumuler les biens matériels. » (Frans de Waal, Le singe en nous, traduction M.F. de Paloméra)
    • […] le bien fut […] la réalisation de la volonté d’un être supérieur, une sorte de sujétion humiliante pour la dignité humaine […] (Ernest Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Édition C. Lévy, 1890, page 9.)
  2. État de celui qui est astreint à quelque nécessité, obligé à quelque chose.
    • Tous les besoins de la vie sont de grandes sujétions.
    • Il est dangereux de se faire certaines habitudes, elles deviennent ensuite des sujétions.
    • L’obligation de veiller une partie de la nuit lui est une dure sujétion.
  3. Nécessité où l’on est de ne pas s’éloigner d’un endroit, de ne pas quitter une personne.
    • La surveillance de cet établissement m’a été confiée : c’est pour moi une grande sujétion.
    • Cette mère n’a personne pour s’occuper de ses enfants : c’est pour elle une sujétion de tous les instants.
  4. Assiduité que demande une charge, un emploi.
    • C’est un emploi qui comporte une grande sujétion.
    • Je n’ai pas accepté ce poste en raison de la sujétion à laquelle on y est astreint.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français