téléphone
étymologie
Du grec ancien ,  composé de τῆλε, tễle (« loin ») et de φωνή, phônế (« voix »).

nom

SingulierPluriel
téléphonetéléphones

téléphone \te.le.fɔn\ masculin

  1. (Téléphonie) Appareil utilisé par deux personnes ou plus, pour mener une conversation à distance. Peut-être fixe (relié à un réseau câblé) ou mobile (communiquant via des ondes radio).
    • Il aperçut non loin un officier de haute taille, en uniforme bleu, qui parlait dans un téléphone portatif […] (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 133 de l’éd. de 1921)
    • ''Le cornet à l’oreille, Aïssa, debout près du guéridon où le téléphone communiquant avec la ferme était posé, tapa du pied : />— Mais qu’est-ce qu’elle fabrique !… (Victor Margueritte, Un cœur farouche'', Paris : Ernest Flammarion, 1921 p. 147)

    • Enfin, la pendule-réclame Guérin-Boutron, fixée près d’une cabine de téléphone, marquait une fois pour toutes la demie de minuit, en cas de contestation. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Le téléphone sonna trois fois et Max parla longuement, en fumant. Il gribouillait sur une feuille de papier près de l’appareil. (Michel Guérin, L’Homme Déo, Grasset, 1978)
    • À l’obsolescence technique s’adjoint donc une obsolescence psychologique : un téléphone de deux ans est ringard, un vêtement de six mois est démodé, un écran plat est déjà bien triste face à une télévision 3D. (Christophe Sempels & ‎Jonas Hoffmann, Les Business models du futur : créer de la valeur dans un monde aux ressources limitées, Pearson Education France, 2012, p. 120)
    • Il avait encore un vieux téléphone couleur coquille d’œuf, avec un cadran et un récepteur qui avait l’air d’un os, relié à l’appareil par un câble à spirales. (Matthias Zschokke, Quand les nuages poursuivent les corneilles, traduit de l’allemand par Isabelle Rüf, Éditions Zoé, 2018)
  2. (vieilli) Service public qui assure les communications par téléphone.
    • Un autre développement majeur des années 70 est rendu possible par la combinaison du circuit intégré et des télécommunications numériques : le commutateur téléphonique automatique. C’est un progrès technique important : d’objet de frustration perpétuelle (Allô ! le 22 à Asnières ?), le téléphone devient soudain fiable, et beaucoup plus utile. (Yves Bréchet, Philippe Jarry & Françoise Létoublon, Mécanique des signes et langages des sciences, CNRS/Maison des Sciences de l’homme-Alpes, 2003, page 170)
  3. Bureau où l’on peut se servir du téléphone.
    • Aller au téléphone.
  4. (informel) Appel téléphonique.
    • J’ajoute que j’ai reçu un téléphone discret de la Police judiciaire qui voulait savoir si la drogue y était pour quelque chose. (Jacques Chessex, L’Ogre, Grasset, p. 132)
  5. (vieilli) (argot) (salles) Toilettes.
    • Ainsi on évitera le populaire chiottes, dénotativement fort bien fait et adéquat, mais auquel adhèrent des connotations déplaisantes. On lui substitue : lieux d’aisances, lieu, cabinet, lavabos, voire téléphone ou water-closet, w.-c. vécés, etc. (Pierre Guiraud, Les Gros Mots, 1975, page 24)
synonymes
traductions
forme fléchie

téléphone \te.le.fɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de téléphoner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de téléphoner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de téléphoner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de téléphoner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de téléphoner.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français