ténèbres
étymologie
Du latin tenebrae de même sens.

nom

ténèbres \te.nɛbʁ\ féminin pluriel

  1. Privation de lumière ; obscurité.
    • Ils sont encore une foule de subtiles niaiseries bien plus spirituelles que toutes celles là. Ce sont des notions, des relations, des formalités, des quiddités, des eccéités, toutes choses qui ne peuvent être aperçues que par ceux qui ont d'assez bons yeux pour voir au milieu des plus épaisses ténèbres, ce qui n'existe nulle part. (Érasme; Éloge de la folie,1509. Traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
    • N’est-il pas nécessaire d’ordonner aux maîtres de poste de loger et nourrir les courriers, au lieu de les renvoyer bien fatigués, au milieu des ténèbres de la nuit, chercher un gîte dans de mauvais cabarets ? (Comte de Sanois, Questions proposées à toutes les assemblées, par un membre de la noblesse de celle de Meaux, 13 mars 1789)
    • Les ténèbres étaient épaisses, et, malgré sa connaissance des lieux, le capitaine n’avançait que difficilement à travers les ronces et les broussailles. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Après une minutieuse préparation, tant de la machine que du passager, à 4 heures du matin, je décolle dans les ténèbres, emmenant un solide gaillard Serbe, ex-chef célèbres de comitadjis. (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.223)
    • Gigantesque boucan à la dérive, le village reculait dans les ténèbres tandis que s’illunait la voile lancée dans l’estuaire. (Patrick Cuenot, Phénix d'Oppède : aventure fabuleuse d'un cannibale du Brésil, page 202, L'Harmattan, 2011)
  2. (religion) L'enfer.
    • Les mots sacramentels : Venite, exultemus Domino, si souvent chantés par les templiers au moment d’attaquer leurs ennemis terrestres, furent jugés par Lucas convenables pour célébrer le triomphe prochain qu’il allait remporter sur les puissances des ténèbres. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pour guérir le dernier-né de la Reine, qui souffrait d'un abcès à la gorge et qu’Hadès semblait encore une fois attirer dans ses ténèbres, le médecin Olympos avait jugé qu'il fallait prendre les grands moyens : une incubation, et à Canope. (Françoise Chandernagor, Les Enfants d'Alexandrie, éd. Albin Michel, 2011)
  3. (religion) Matines qui se chantent l’après-midi du mercredi, du jeudi et du vendredi de la semaine sainte.
    • Aller à Ténèbres. Entendre les ténèbres.
  4. (Figuré) Choses obscures ou incompréhensibles
    • Ils eurent un instant d'anéantissement ineffable, après lequel ils se réveillèrent, l'âme illuminée d'une lumière nouvelle, comme s'ils venaient de sortir des ténèbres. (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Tout, autour de moi, s’est écroulé en ténèbres. Au milieu de ce noir, je me suis accoudé sur ma table ronde, que la lampe ensoleille. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)

traductions
traductions
forme fléchie

ténèbres \te.nɛbʁ\

  1. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent de ténébrer.
  2. Deuxième personne du singulier du subjonctif présent de ténébrer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.011
Dictionnaire Français