targe
étymologie
De l’ancien bas frk targa (« bouclier »).

nom

SingulierPluriel
targetarges

targe \taʁʒ\ féminin

  1. (histoire) (armes) Bouclier rond, qui servait autrefois à protéger les assiégeants.
    • La lance du comte glissa sur le bord de l’écu du chevalier, et alla se briser contre la targe qu’il portait suspendue au cou. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Wamba s’arrêta au milieu d’une plaisanterie, et reprit sa targe et son épée. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Au collège, les bons Pères ne juraient encore que par son heaume et sa targe, on nous donnait la Chanson de Roland comme l’Iliade française. (Georges Bernanos, Journal d’un curé de campagne, 1936, page 208)
  2. (histoire) (armes) Bouclier carré ou rectangulaire bombé comme une tuile et parfois comportant une échancrure pour passer une lance.
    • L’abbaye des Tisserands se blasonne d’un griffon ailé, de la tournure la plus fantasque et la plus héraldique. Le More appuyé sur sa targe a une mine truculente digne des héros sarrasins du Tasse et de l’Arioste. (Théophile Gautier, Ce qu’on peut voir en six jours, 1858, réédition Nicolas Chadun, pages 54-55)
  3. Monnaie des ducs de Bretagne, qui portait l’image d'un bouclier.
    • Au bout de six mois, l’argent manqua. On fit appel aux pèlerins, on mit un bassin d’étain à la porte de l’église ; mais à peine s'il y tomba quelques targes et quelques liards à la croix. (Victor Hugo, « Aix-la-Chapelle - Le tombeau de Charlemagne », lettre IX de Le Rhin : Lettres à un ami, tome 1, Londres : chez Nelson Éditeurs, 1838, page 115)
  4. (Héraldique) Écu dont la partie inférieure est arrondie.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français