teinture
étymologie
Du latin tinctura qui donne l’ancien français tainture.

nom

SingulierPluriel
teintureteintures

teinture \tɛ̃.tyʁ\ féminin

  1. Liquide préparé pour teindre.
    • À Arles, l’archevêque, qui avait le monopole de l’exploitation de la graine d’écarlate, avec laquelle on fabriquait la teinture rouge, ne traitait, pour la vente de ses récoltes, qu’avec les juifs. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Couleur que ce liquide laisse sur les étoffes et sur les autres choses que l’on teint.
    • Du drap d’une belle teinture, d’une bonne teinture. - Ce drap a bien pris la teinture.
  3. Action, art de teindre.
    • Envoyer à la teinture. La teinture est un art fort ancien. - La teinture demande beaucoup de soin.
  4. (chimie) (pharmacologie) Dissolution d’une substance dans l’alcool, dans l’éther, etc.
    • Teinture de tournesol. - Teinture d’iode.
  5. (Figuré) Connaissance superficielle dans quelque science, dans quelque art.
    • […] M. Rémusat avait étudié la médecine, et par là il avait pris quelque teinture de toutes les connaissances qui s’y rattachent. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, tome 8, 1832)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français