théologien
étymologie
Composé de théologie#fr|théologie et du suffixe -ien#fr|-ien.

nom

SingulierPluriel
théologienthéologiens

théologien \te.ɔ.lɔ.ʒjɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : théologienne)

  1. Celui, celle qui s’occupe de théologie, qui écrit sur la théologie.
    • Quant aux théologiens, je ferais peut-être bien de n’en rien dire : il n'est pas prudent de toucher ni de remuer ce qui sent mauvais. Ce sont des gens qui n’entendent pas raillerie, et qui prennent feu pour une bagatelle. (Érasme, L’Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux, 1780)
    • Les philosophes, les théologiens et la plupart des héros d’arguments ont le génie de la nation française : ils attaquent vigoureusement, mais sont perdus s’ils sont réduits à la guerre défensive. (Frédéric II de Prusse & Voltaire, L’Anti-Machiavel, 1739, éd. 1947)
    • Comme aucun Théologien Luthérien n'étoit plus zélé pour l'ancienne doctrine que MATHIEU FLACIUS , l'ennemi invétéré de MÉLANCTHON , & de tous les Philippistes, il fut nommé, l'an 1557, Professeur de Théologie à Jene. Les suites de cette nomination furent des plus déplorables : […]. (Jean-Laurent Mosheim, Histoire ecclésiastique ancienne et moderne, traduit de l'original latin par Archibald Maclaine, et de l'anglais en français (par un anonyme), Maestricht : chez Jean-Edme Dufour & Philippe Roux, 1776, vol. 4, page 334)
    • On peut dire que nous sommes ici sur le terrain de la morale des consommateurs; il ne faut pas s'étonner si les théologiens catholiques trouvent encore la morale d'Aristote excellente, car ils se placent, eux aussi, au même point de vue des consommateurs. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap.VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 343)
    • Le Wahhabites, en Arabie, à la fin du XVIIIe siècle, par exemple, recourant à l’autorité de certains théologiens médiévaux, lancèrent un mouvement virulent d’islam purifié —et puritain— fondé strictement sur les enseignements du Coran et sur la sunna du Prophète, débarrassé des additions séculaires. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 96)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.033
Dictionnaire Français