tocsin
étymologie
De toc et de sin, seing (voir blanc-seing, contreseing), venant du latin signum (« signal ») voir sino « cloche » en portugais.

nom

SingulierPluriel
tocsintocsins

tocsin \tɔk.sɛ̃\ masculin

  1. Tintement d’une cloche à coups pressés et redoublés pour donner l’alarme, pour avertir du feu, etc.
    • Le tocsin sonnait aux églises; les bourgeois sortaient armés, et se battaient bravement contre les Savoyards. (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Le dernier article que j'écrivis pour la France, le 2 août, était intitulé Le Tocsin. C'est par ce son d'alarme que nous avions appris, la veille, vers cinq heures, la mobilisation générale. (Remy de Gourmont, Pendant l'Orage, Mercure de France, 1915, p. 23)
    • Il y en avait de grêles, d’argentines, de fêlées, mais toutes sonnaient le tocsin à pleines volées. [...]
      - La guerre est déclarée, dis-je.
      (Pierre Mac Orlan, Les Poissons morts, Payot & Cie, Paris, 1917)
    • (Figuré) En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. (Nicolas de Chamfort, ''Maximes et pensées)
  2. (Par extension) Cloche destinée à sonner le tocsin.
    • Le tocsin est bien placé dans cette tour.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français