tombe
étymologie
Du latin tumba.

nom

SingulierPluriel
tombetombes

tombe \tɔ̃b\ féminin

  1. Fosse mortuaire ; sépulture qui renferme un ou plusieurs morts.
    • Il n’y a rien sur la tombe de Bonnot. Pourtant une autre tombe, celle d’un enfant, touche la sienne et le père n’en est point indigné. (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • Trois croix voisinaient avec celle qui marquait la tombe d’un matelot autrichien. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Une autre fois, nouvel exercice de reptation pour me trouver finalement en face d’une tombe militaire dont la croix blanche faisait tache à travers les ténèbres. (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, pages 175-176)
  2. Pierre tombale ; monument, recouvrant un tombeau.
    • Mais de tous ces lieux, la tombe du soldat inconnu est sans doute le plus évocateur, à la fois sépulture d’un seul et de tous les autres, monument symbolique et terriblement concret […] (Bruno Cabanes, Anne Duménil, Larousse de la Grande Guerre, 2007)
    • Une dernière inscription se voit gravée sur une tombe enrichie de quelques sculptures d’un travail estimable. (Annuaire historique du département de l’Yonne, volume 19, page 490, 1855)
  3. (Figuré) La mort.
    • Très vite, on trouve de bien étranges propos. Ceux-ci par exemple, dans les Pages françaises, de Paul Déroulède : « En avant ! Tant pis pour la tombe. La mort n'est rien. Vive la tombe ! » (Thérèse Delpech, L'ensauvagement : Le retour de la barbarie au XXIe siècle, éditions Bernard Grasset, 2005, page 173)
  4. (agriculture) (Désuet) Sorte de tas de compost.
    • On fait alors des tombes ou tertres de compost, c'est—à-dire que l'on emploie la chaux en mélange avec la terre, le fumier et en général avec toutes les substances pouvant avoir un effet utile sur la végétation. (Guide pour l’emploi de la chaux en agriculture, 1860, page 25)
    • Dans les départements de l'Ouest, on a depuis fort longtemps l'habitude de faire des composts avec de la chaux, de la terre ou du fumier, qu'on désigne sous le nom de tombes. (Charles-Victor Garola, Engrais : Le matières fertilisantes, Paris : J.-B. Baillière & fils, 7e édition, 1925, page202)
    • On reconstruit alors la tombe en mélangeant à la terre chaulée, du fumier, et l'on achève en la recouvrant de terre. (G. Warcollier, Le pommier à cidre, J.B. Baillière et Fils, 1926, page 168)
synonymes
Sépulture
Fosse destinée à recevoir la dépouille
Couverture d’un tombeau
La mort (figuré)

traductions
traductions
traductions
forme fléchie

tombe \tɔ̃b\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de tomber.
    • J’espère que je ne tombe pas comme un cheveu dans la soupe… tu me présentes ? (Claude Fried, Les rides ont des larmes, 2014)
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de tomber.
    • Dehors, sur la place vide, la neige tombe lancinamment, comme moi. (Alain Damasio, Aucun souvenir assez solide, 2017)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de tomber.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de tomber.
    • Comment se fait-il que l’Alhambra de nougat conserve intactes ses délicates aiguilles et ne tombe pas en ruines, que la compote soit assez patiente pour ne pas s’évader à travers les barreaux de pâte de la tarte, que le saint-honoré tremblant et mollasse ne devienne pas une informe bouillie semblable à de la neige longtemps piétinée, que le godiveau, continuant à présenter une figure géométrique, ne soit pas démantelé de ses quenelles, décasematé de ses écrevisses, et que la timbale elle-même ne finisse point par s’effondrer, laissant de son ventre ouvert dégouliner ses entrailles fumantes ? (Jean Richepin, Le Pavé)
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de tomber.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français