torture
étymologie
Du latin tortura, dérivé du latin tortum, supin de torquere. Le mot ne garde pas l'ancien sens descriptif de « contortion ». Dans le domaine pénal, il désigne une peine grave (1459), pour ensuite prendre son sens moderne (1580) de « souffrance physique infligée pour arracher les aveux ». Par métonymie, il se dit (1631) de souffrances morales.

nom

SingulierPluriel
torturetortures

torture \tɔʁ.tyʁ\ féminin

  1. Souffrance cruelle, tourment qu’on fait souffrir.
    • Il se flattait, grâce aux trente hommes résolus qu’il commandait, de s’emparer facilement des deux chasseurs qu’il se proposait de faire mourir dans des tortures atroces. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Quand j’atteignais un rat d’un bon coup de fouet, le ronge-maille sifflait avec fureur, hérissait tous ses poils et s’élançait avec désespoir contre le fouet lui-même, instrument de sa torture ; […]. (Anonyme, Varia, dans Revue moderne, V.41, 1867, p.668)
    • J’ai vu des prisonniers jetés à coups de matraque d’un étage à l’autre et qui, hébétés par la torture et les coups, ne savaient plus que murmurer en arabe les premières paroles d’une ancienne prière. (Henri Alleg, La Question, 1957)
  2. (Spécialement) Souffrance physique qu’on infligeait à quelqu’un par voie de justice.
    • Lorsque le chevalier de La Barre […] fut convaincu d’avoir chanté des chansons impies, et même d’avoir passé devant une procession de capucins sans avoir ôté son chapeau, les juges d’Abbeville, gens comparables aux sénateurs romains, ordonnèrent, non seulement qu’on lui arrachât la langue, qu’on lui coupât la main, et qu’on brûlât son corps à petit feu ; mais ils l’appliquèrent encore à la torture pour savoir précisément combien de chansons il avait chantées, et combien de processions il avait vues passer, le chapeau sur la tête. (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1769)
    • Je le trouvai vivement ému par la nouvelle d’une interpellation à la Chambre des Communes au sujet des tortures qu’il aurait fait infliger à un ancien pacha de Meknès, El-Hadj Ben Aïssa et à sa femme Lalla Batoul, qui auraient succombé à leur supplice. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 238)
synonymes
traductions
forme fléchie

torture \tɔʁ.tyʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de torturer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de torturer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de torturer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de torturer.
    • Je crois, on me l’assure, Que, douce, une pitié Te prit, non sans mesure, Puis désapitoyé, Ton cœur cria : c’est bien lui qu’il faut qu’on torture! (Paul Verlaine, Féroce)
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de torturer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.047
Dictionnaire Français