torturer
étymologie
(XVe siècle) dénominal#fr|Dénominal de torture#fr|torture.

verbe

torturer \tɔʁ.ty.ʁe\ transitif conjugaison

  1. Faire éprouver une torture, soumettre à la torture.
    • Alors, je commençai à torturer le colporteur. Je lui arrachai, un par un, tous les ongles des mains et tous les ongles des pieds... (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Des nuits entières, durant un mois, j'ai entendu hurler des hommes que l'on torturait, et leurs cris résonnent pour toujours dans ma mémoire. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Tu es physionomiste, tu as bien dû sentir qu’il n’était pas le genre à torturer des femmes. […]. Au début, je m'étais dit qu'il avait peut–être tué Holly par accident pendant une séance de jeux SM, et qu'il s'était ensuite suicidé par remords. (Suzanne Forster, Passé obscur, traduit de l'anglais, Paris : Éd. Harlequin, 2009, chap. 18)
  2. tourmenter#fr|Tourmenter.
    • Cette idée me torture.
    • Elle resta jusqu’au soir à se torturer l’esprit dans tous les projets de mensonges imaginables. (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
  3. Tordre, déformer un objet.
    • Torturer un texte, le sens d’un texte, le sens d’un mot, lui faire signifier, comme par violence, ce qu’il ne dit pas.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.044
Dictionnaire Français