trogne
étymologie
Du gaulois trugna, voir aussi le gallois trwyn (« nez, museau »), cornique troen (« nez »), breton stroen (« saleté, morve »).

nom

SingulierPluriel
trognetrognes

trogne \tʁɔɲ\ féminin

  1. (familier) Visage plein et rubicond qui annonce l’amour de la bonne chère et du vin.
    • Son visage était courroucé, sa trogne rouge flamboyait ; il se promettait de lancer vertement l’intrus qui, si mal à propos, troublait sa conversation nocturne et quotidienne avec la dive bouteille. (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis - 1890)
    • ''— Et vous, monsieur Vence, que pensez-vous de Napoléon ?/>— Madame, j’ai peu de goût pour les « trognes à épée » ; et les conquérants me semblent tout bonnement des fous dangereux. (Anatole France, Le Lys rouge'', 1894, réédition Le Livre de Poche, page 52)

    • Des coteaux d’Arbois, de Poligny et de Salins, descendait, chaque automne, avec les cuves pleines, le beau vin couleur peau d’oignon, jailli des grappes de poulsard, et les vignerons à rouge trogne bénissaient le Seigneur dont le bon soleil gorgeait de vie les pampres vigoureux et emplissait leurs futailles. (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […] et, puisant dans un pot une épaisseur de rouge, il s'enlumina la trogne à la manière d'un clown ou plutôt d'un ivrogne, […]. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Le destinataire du sulfatage ce jour-là est un général à la trogne taillée à coups de serpe habitant une villa cossue du Beau-Fraisier. (Serge Kastell, Le maquis rouge: l'aspirant Maillot et la guerre d'Algérie, 1956, L'Harmattan, 1997 , page 236)
    • […] ; l'autre, son barda sur l'épaule, les chausses lui dégringolant le long des jambes, la tête rejetée en arrière et s'envoyant un jet de sa gourde dans le gosier, a l'allure épaisse et la trogne truculente d'un rustaud des Flandres. (Rachel Valentino, La formation de la peinture française: le génie celtique et les influences, éd. G.P. Maisonneuve, 1936, page 307)
  2. (peinture) Portrait de genre, pas ou peu caricatural, ne représentant pas un personnage précis.
  3. (botan) Synonyme de troène commun.
  4. (arboriculture) Arbre étêté et taillé de façon à ce qu’il forme une touffe épaisse au sommet du tronc.
    • La trogne est un arbre taillé périodiquement à la même hauteur pour produire durablement du bois, du fourrage ou des fruits. Ce n'est pas l'essence de l'arbre qui fait la trogne mais sa taille régulière.. (Site maisonbotanique.com, Mais qu'est-ce qu'une trogne ? ↗)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.045
Dictionnaire Français