trope
étymologie
Du latin tropus (sens identique) issu du grec ancien τρόπος tropos signifiant « changement ».

nom

SingulierPluriel
tropetropes

trope \tʁɔp\ masculin

  1. (Rhétorique) Figure de style, emploi d’une expression dans un sens figuré.
    • Il y a quelque chose de l’activité du verbicruciste dans la cure, à la différence que la grille d’origine échappe à la conscience de l’analysant. L’on part en tout cas d’une grille constituée, et l’on cherche les questions qui peuvent la rendre possible. Encore ces questions se révèlent-elles énigmatiques, en ce qu’elles jouent des tropes du langage (métaphores, métonymies). (Alain Cochet, De la Lettre à l’Être : essai d’anthropologie clinique, L’Harmattan, 2015, p. 20)
    • La dissociation du corps et de l’esprit est un vieux trope. (Romain Sardou, Pardonnez nos offenses, p. 243)
  2. (musique) Développement musical, ou littéraire, de la musique liturgique médiévale.
    • Des tropes étaient insérés dans les chants de l’ordinaire et du propre de la messe pour expliquer le sens de chaque jour de fête. (Magazine Goldberg, Traduction Dominique Lange, 2003)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.024
Dictionnaire Français