veste
étymologie
De l’italien veste, issu du latin vestis.

nom

SingulierPluriel
vestevestes

veste \vɛst\ féminin

  1. (habil) Sorte de vêtement court et sans basques.
    • Les femmes, très coquettes, revêtent en général le costume traditionnel ; la petite veste très serrée moulant le torse et les bras, passe dans la ceinture d’une culotte flottante. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le « sous-off » Coutard […] s’agace: « Les curés obligeaient les montagnards viets à porter des vestes et leurs femmes des soutifs, c’était n’importe quoi. Habillés, ils avaient l’air barbare, de loquedus. » (Arnaud Vaulerin, Coutard l’Asiate, dans Libération (journal), vendredi 5 novembre 2010, p.37)
    • Entourés de vestons-cravates, Girard et moi détonnions dans nos vestes de denim fatiguées, arborées comme par défi à la barbe de cet obscur aréopage de diplomates culturels à la solennité empesée. (Louis Hamelin, Écrire : L'humain isolé, Éditions Trois-Pistoles, 2006, p. 69)
  2. (Québec) (habil) Chemise à manches longues (ou cardigan) et souvent à fermeture éclair habituellement portée l’hiver.
  3. (Figuré) (populaire) Échec, déconvenue.
    • Moi, j’assistais à tout cela en parfait spectateur, car la moindre entame de discussion avec une fille se terminait immanquablement et très rapidement par un snobage, un camouflet, une éconduite, en termes plus crus un vent, une veste ou un râteau. (Adrien Sarrault, Buisson d’Amarante, éd. Daphnis et Chloé, 2013, p. 48)
  4. (Agriculture) Une des trois ou quatre enveloppes successives du cocon du ver à soie.
    • Le seul déchet consiste dans les « vestes » ou couches supérieures formées d’un fil de contexture irrégulière que l’on enlève au moment du dévidage. (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Ces vestes ne sont ni uniformes, ni complètes, en général ; elles sont plus épaisses à la partie inférieure du cocon, tandis qu’elles sont plus minces et d’un tissu plus lâche à l’extrémité opposée, celle où se trouve le ruban d’attache et qui correspond à la tête de la chrysalide. (Henri Coupin, La Nature. 2e semestre 1895, p. 59-60)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français