vestige
étymologie
Emprunté au latin vestigium (« trace de pied, « piste » (figuré), « empreinte », « marque », « signe », « vestige »).

nom

SingulierPluriel
vestigevestiges

vestige \vɛs.tiʒ\ masculin

  1. (vieilli) (soutenu) Empreinte du pied d’un homme ou d’un animal, marquée dans l’endroit où il a marché.
  2. (le plus souvent au pluriel) Restes d’une chose détruite ou disparue ; ruine.
    • Dans dix ans, parmi les vestiges de Beaumat, les souffles du vent, les croassements des corbeaux et la chute des pierres retentiront seuls ; nulle oreille humaine ne les entendra et la cloche du village elle-même se taira, fatiguée de tinter seulement pour les morts. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Dans les environs, deux merveilleuses églises : celle de Ham-en-Artois, vestige imposant et vénérable de l'abbaye Saint-Sauveur; celle de Guarbecque, près de la petite ville de Saint-Venant, où triomphe aussi l'art roman. (Pierre Pierrard, Flandre, Artois, Picardie, Arthaud, 1970, p.184)
    • Dans tous les éloges qu’en ont faits les auteurs des trois premiers siècles, nous ne trouvons aucune prière ni aucun vestige d’invocation adressée aux martyrs. (Nicolas-Sylvestre Bergier, Dictionnaire de théologie, 1826)
  3. (Figuré) Souvenirs d'une chose abstraite ; trace.
    • On trouve dans leur pays des vestiges de cette religion, de cette coutume.
    • Il ne restait pas chez ce peuple un seul vestige de sa grandeur passée.
    • Les derniers vestiges de cette révolution sont effacés.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français