virginité
étymologie
Du latin virginitas (sens identique), dérivé de virgineus (« virginal »), lui-même de virgo, virginis (« jeune fille »), avec le suffixe -itas indiquant un état.

nom

SingulierPluriel
virginitévirginités

virginité \viʁ.ʒi.ni.te\ féminin

  1. État d’une personne vierge.
    • J'irais plutôt, comme Nausithoë, sacrifier ma virginité au dieu Priape qu'on adore à Thasos. (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Malheureusement dans les conditions actuelles de la vie, où l'on spécule sur la virginité des demoiselles comme sur un capital destiné à faciliter l'entreprise d'une bonne affaire, où de pieux moralistes, qui tolèrent comme péché véniel pour les jouvenceaux leur abonnement au lupanar, admettent par contre les châtiments paternels les plus rigoureux pour les pures idylles se passant d'autorisation… (Jean Marestan; L'Éducation Sexuelle, Éditions de la "Guerre Sociale", 1910)
    • L'importance qu'on accorde dans ces milieux, à la virginité de la jeune fille livrée, dotée et intacte, le jour de son mariage, le refus jusqu'à l'extrême fin de siècle, des techniques de sexualité d'attente, autrefois la règle dans la société rurale, procurent aux filles publiques, et cela malgré la police des mœurs, une large clientèle de lycéens. (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
    • Et puis on est au XXIe siècle et on dit encore que la virginité, c'est un truc sacré et hyper important. Enfin la virginité des femmes, hein, celle des mecs on s'en ballec. (Camille Emmanuelle, Le goût du baiser, Éditions L'ardeur, 2019)
  2. (Plus rare) État d'une femelle qui n'est pas et ne fut jamais fécondée.
    • Au bout de vingt-un jours, cette mère, dont la virginité ne pouvait être soupçonnée, avait donné le jour à quatre-vingt-quinze enfans. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
  3. (Littéraire) Pureté morale.
    • Ce n'était en somme que le vide de son cœur à peine sorti des limbes enchantés de l'adolescence, […], la presque virginité de sa pensée que les débauches de Paris n'avaient point souillée… (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Qui dira la Passion du Corton à la Messe
      Cette rouge Chanson plus rouge que le Sang ?
      Qui dira la virginité de nos caresses
      Quand il y passerait Jésus entre nos dents ?
      (Léo Ferré, Écoute-moi, in "Amour Anarchie", 1970)
  4. (Figuré) (Plus rare) État d'une région, ou d'un lieu, vierge de la présence humaine.
    • Notre incompréhension devant l’inconnu a dressé aux quatre coins du monde un atlas mythologique. Des centaines d'endroits où la virginité et le merveilleux se sont mués en eldorados, en paradis perdus, en enfers verts, en mirages et en abîmes. (Michel Udiany, L'histoire des mondes imaginaires: De la Tour de Babel à l'Atlantide, Éditions Jourdan, 2015, en avant-propos)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français