vogue
étymologie
nom

SingulierPluriel
voguevogues

vogue \vɔɡ\ féminin

  1. Popularité ; succès ; mode.
    • Dumesnil, […]. Les anciens mélodrames où les niais étaient de première nécessité, firent la réputation de cet artiste, […]. Le Pied de mouton, La Queue du diable, et autres pièces de ce genre, bien qu'elles n’eussent ni queue ni tête, durent toute leur vogue à l'originalité de Dumesnil ? (Petite biographie dramatique, faite avec adresse par un moucheur de chandelle, Paris : chez les marchands de nouveautés (Imprimerie de Marchand du Breuil), 1826)
    • Les Anglais, grands exploiteurs de la vogue, quelle qu’elle soit, répandent de Gibraltar des milliers de foulards où les traits du célèbre matador sont reproduits. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Je lui signalais cette façon libre d’envisager non seulement un devoir, mais tous les devoirs, cet abus de mots, cette confusion de toutes les mesures, qui fait qu’on pervertit les idées les plus simples, qu’on arrive à ne plus s’entendre sur rien, ni sur le bien, ni sur le vrai, ni sur le mauvais, ni sur le pire, et qu’il n’y a pas plus de distance appréciable entre la gloire et la vogue que de limite bien nette entre les scélératesses et les étourderies. (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, pages 158-159)
    • Joué surtout à Paris durant les cinquante premières années du XIXe siècle, le Bésigue (appelé aussi Bézi ou Bési) connut rapidement une grande vogue. (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, page 71)
    • Avec la vogue du récréotourisme, la population locale prend conscience des autres potentialités du lac et des contraintes imposées par le mode d'exploitation industrielle de cette ressource naturelle. (Christiane Gagnon, La recomposition des territoires: développement local viable, L'Harmattan, 1994, page 67)
    • Il est vrai qu’à l’époque le jazz - ou plus précisément sa version allégée, la musique syncopée, dernière vogue venue des États-Unis - constitue (comme le fera le rock plus tard) l’ossature de la variété. (Serge Loupien, Trenet, le centenaire, Libération, 20 février 2001 & 16 février 2013)
  2. (vieilli) (marine) Impulsion, mouvement d’une galère ou autre bâtiment, causé par la force des rames.
    • Quant à moi, je serai au gouvernail pour régler la vogue. (Gaston Maspero, Les contes populaires de l'Égypte ancienne, page 65, J. Maisonneuve, 1889)
    • Dans le couloir central qui reliait l'avant à l'arrière entre les deux rangées de bancs, couraient sans cesse les officiers chargés d'activer la vogue. (Charles Germaine Marie Bourel de La Roncière,Histoire de la marine française: I - Les origines, Plon-Nourrit, 1909, page 259)
  3. (danse) Danse moderne caractérisée par des poses photographiques et que des mouvements rigides.

traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
voguevogues

vogue \vɔɡ\ féminin

  1. Zone francoprovençale : Savoie, Lyonnais, Suisse romande... Fête votive ; fête patronale ; fête foraine
    • Lorsque j'étais seul, j’avançais avec une canne, une petite badine d'osier qu'elle m'avait acheté à la vogue de Chèzeneuve. Je fouillais devant moi comme avec une trompe. (Frédéric Dard, Georges et la dame seule, Gap : Éditions Ophrys, 1943 & Paris : éd. Fayard, 2003)
    • À Scionzier, en août 1852, l'altercation se déroule dans l'auberge, à 22 h 30, jour de la vogue, en « fin de veillée. » Quatre jeunes gens, tous fabricants de pignons de montre, entonnent « La République en Savoie règnera » au nez des carabiniers présents dans la salle. (Sylvain Milbach, L'éveil politique de la Savoie: Conflits ordinaires et rivalités nouvelles (1848-1853), Presses universitaires de Rennes, 2008)
    • La traditionnelle « vogue des marrons » de la Croix-Rousse a démarré samedi dernier pour sept semaines avec son lot de manèges, pêches aux canards et autres stands de tirs qui réjouissent les badauds, et ses inévitables problèmes de bruit et de stationnement qui irritent les riverains. (Anne-Caroline Jambaud, Vogue des marrons : le maire du 4e prend un coup de chaud, dans LibéLyon, 7 octobre 2010)
  2. (vieilli) Nom que prenait autrefois la fête baladoire dans certaines régions de France (e.g. région lyonnaise).
    • La fête populaire lyonnaise par excellence était la fête baladoire ou vogue, variante régionale de la fête foraine. A l’origine organisée par la population et notamment les jeunes, elle était l’expression festive d’un quartier accueillant pour quelques jours toute la ville. En déshérence au milieu du siècle, elle fut remise au goût du jour par le pouvoir impérial et fut désormais de plus en plus organisée par des professionnels ; malgré tout, elle restait entièrement investie par le peuple qui ne se lassait pas du spectacle. Nous dirons également un mot du carnaval et des brandons, qui tinrent une place importante dans la cité avant de disparaître peu à peu après 1848 (Alexandre Nugues-Bourchat, Représentations et pratiques d’une société urbaine. Lyon, 1800-1880, thèse déposée à l'Université Lumière Lyon 2, 2004, p. 199)
synonymes forme fléchie

vogue \vɔɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de voguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de voguer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de voguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de voguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de voguer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.028
Dictionnaire Français