mettre de l'eau dans son vin
étymologie
 Composé de mettre, eau et vin.
Cette locution fut lexicalisée dès 1640 par Antoine Oudin, qui lui donne le sens de « se modérer, se reconnoistre, passer sa colère » [1]. En 1694, selon l’Académie française : « On dit proverbialement qu’un homme a mis de l’eau dans son vin pour dire qu’il a moderé son emportement »  [2]. Cet usage peut être illustré par ces vers de Nicolas Boileau :
  • Ce guerrier, dans l’Église aux querelles nourri,
    Est robuste de corps, terrible de visage,
    Et de l’eau dans son vin n’a jamais su l’usage [3]
    .

locution verbale

mettre de l’eau dans son vin \mɛ.tʁə də l‿o dɑ̃ sɔ̃ vɛ̃\ (se conjugue → voir la conjugaison de mettre)

  1. (Figuré) Modérer son impétuosité, ses prétentions, ses ambitions.
    • Par La Fayette et Rochambeau,
      L’Anglais, dans le monde nouveau,
      Sous le pied s’est vu couper l’herbe.
      Il est moins fier et moins superbe,
      Il a mis de l’eau dans son vin ;
      Et l’Europe entière en refrain
      Répète à l’envi ce proverbe.
      (Ange-François Fariau de Saint-Ange, cité dans Correspondance secrète, politique et littéraire, John Adamson, Londres, 1788, t. 14, p. 394)
    • Au sortir du prêche, les paysans disaient bien : « Celui-là, il faut qu’il mette de l’eau dans son vin. Quand la barbe lui sera venue, il apprendra à chapitrer plus doucement son monde, et à ne pas en remontrer à ceux qui en ont plus vu que lui. » (Rodolphe Töpffer, Le Presbytère, J.-J. Dubochet, 1846, p. 272)
    • Quant à suivre les conseils du père Sainte-Beuve, « ménager la chèvre et le chou, mettre de l’eau dans son vin, s’arranger en un mot pour réussir près du public », c’est trop difficile et trop et trop chanceux. (Gustave Flaubert, lettre à Ernest Feydeau, 15 juillet 1861, dans Œuvres complètes, Club de l’honnête homme, Paris, t. 14, 1975, p. 75)
    • Je trouve que tu devrais t’appliquer à ternir, à ensabler le diamant de ton style de manière à ce qu’il brille à peine. Mets de l’eau dans ton vin, beaucoup d’eau ! (Jean Dubuffet, Lettres à J. B., 1946-1985, Hermann, 1991, p. 64)
    • Moi, quand j’étais petite, je voulais devenir Dieu. Le Dieu des chrétiens, avec un grand D. Vers l’âge de cinq ans, j’ai compris que mon ambition était irréalisable. Alors, j’ai mis un peu d’eau dans mon vin et j’ai décidé de devenir le Christ. (Amélie Nothomb, Stupeur et Tremblements, Albin Michel, Paris, 1999)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français