sire
étymologie
De l’ancien français sire, cas sujet de sieur, issu d’un latin populaire *seiior, variante dénasalisée du latin senior, ce dernier ayant donné régulièrement sendra (Serments de Strasbourg) en ancien français. Du même mot latin senior à la forme accusative seniorem est issu le mot seigneur.

nom

SingulierPluriel
siresires

sire \siʁ\ masculin

  1. (Désuet) Seigneur.
    • Et me fut dit que le sire de la Trémoille étoit envoyé de par le duc et les seigneurs au roi, à Paris, pour savoir son plaisir, et pour impétrer que on les pût combattre. (Les Chroniques (Froissart) de Sire Jean Froissart , livre 2, chap. 67, A. Derez, Paris, 1835, p. 103)
    • L’archevêque défendit à ses sujets de payer au sire de Beaujeu le cens d’un brotteau, ou terre à faire paître le bétail, près du pont du Rhône, brotteau dont les sires de Beaujeu s’étaient emparés […] (Pierre Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours, vol. 1, Théodore Laurent éditeur, Lyon, 1830, p. 77)
  2. Titre que l’on donne aux empereurs et aux rois, en leur parlant ou en leur écrivant. Prend alors une majuscule.
    • Alors, Sire, dit Catherine, vos sujets les huguenots feront comme le sanglier à qui on ne met pas un épieu dans la gorge : ils découdront le trône. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)

traductions
  • anglais : sire (Désuet)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français