cotir
verbe

cotir \kɔ.tiʁ\ transitif conjugaison

  1. Abîmer (un fruit) par un choc.
  2. (Figuré) Abimé dans sa chair.
    • Des femmes noires et coties, leurs jupes sentent le beurre oublié dans le garde-manger, rien à voir avec les mamies sucrées du livre de lectures, surmontées d’un chignon neigeux et qui moumoutent leurs petits-enfants en leur racontant des histoires de fées, des aïeules ça s’appelle. (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 325)
  3. Frapper, froisser.
    • Ils avaient l’air calme et placide de deux citoyens d’outre-Manche qui vont se casser une dent ou se cotir les zigomas. (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 45)
    • S’ils croient que j’vas aller dans leur clos cotir la tête des crapauds pour dix francs par jour. (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 90)
    • Lécheur se réveilla, courbatu, les fesses coties par le carrelage du couloir. (Jean-Louis Bory, Mon village à l’heure allemande, Flammarion, 1945, p. 74)
synonymes


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français