firmament
étymologie
Du latin firmamentum.

nom

SingulierPluriel
firmamentfirmaments

firmament \fiʁ.ma.mɑ̃\ masculin

  1. (astronomie ancienne) Sphère au-dessus des planètes qui environne la terre et à laquelle les étoiles fixes sont considérées attachées.
    • FIRMAMENT ou LE HUITIÈME CIEL, LE CIEL DES ÉTOILES FIXES. Quelques anciens astronomes imaginoient un ciel ou une sphère pour chacune des sept planètes, et le huitième étoit celui où l’on croyoit que les étoiles fixes étoient attachées. (''Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, appliquée aux arts, principalement à l’agriculture, à l’économie rurale et domestique, vol. 8, 1803, page 483)
    • […] ; tandis que les yeux du jeune Écossais, s’ils ne cherchaient pas le firmament, comme ceux d’un astrologue, s’élevaient sans cesse vers les fenêtres et les balcons de toutes les tourelles qui flanquaient le vieil édifice, pour tâcher d’y découvrir sa Cynosure. (Walter Scott, Quentin Durward, tome 4, traduit par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : chez Charles Gosselin & chez A. Sautelet, 1827, page 69)
    • Les Grecs croyaient qu’il y avait autant de cieux que de planètes ; le huitième ciel, ou le firmament, était celui des étoiles fixes. (Ajasson de Grandsagne, Histoire naturelle de Pline, vol. 11, 1831, page 447)
    • Si, avec un télescope d’une profonde puissance, nous examinons soigneusement le firmament, nous découvrirons une ceinture de groupes faite de ce que nous avons jusqu’à présent nommé des nébuleuses, […]. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • Ce savant exclusif ne vivait que dans la contemplation des phénomènes célestes, il ne se promenait que sur les routes azurées du firmament, il ne s’élançait d’une étoile que pour aller à une autre ! (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  2. (Poétique) Ciel.
    • C’était une soirée délicieuse : dans le firmament d’une douceur et d’une pureté inénarrables, la lune gravitait solitaire, chassant devant elle une multitude de petits nuages floconneux […]. (Michel Séligny, Homme libre de couleur de la Nouvelle-Orléans, Presses de l’Université Laval, 1998)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.038
Dictionnaire Français