ciel
étymologie
(IXe siècle) Du latin caelum, de même sens.

nom


ciel \sjɛl\ masculin

  1. Espace immense dans lequel se meuvent tous les astres.
    • Cicéron a dit que Socrate fit descendre la philosophie du ciel, et la tradition rapporte que Confucius n’aimait pas à parler du ciel et de la nature. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
  2. (En particulier) (courant) La partie de cet espace que nous voyons au-dessus de nos têtes.
    • Par la fenêtre entr’ouverte, l’air entrait, gonflant comme une voile les rideaux de mousseline, et j’apercevais un pan de ciel bleu […] (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Le ciel était taché seulement d’une main nuageuse de fines dentelles amarante qui se tendait comme pour nous souhaiter la bienvenue. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • De nombreux arcs-en-ciel apparaissent, mais le ciel entre les nuages est d’un bleu trop pâle et je sais que ce n’est pas encore la fin du mauvais temps. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Autour de lui la forêt frouait infiniment, à croire qu’un vol immense de ramiers très bas, occupait tout le ciel. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (Archaïsme) Chacun des cercles concentriques à la terre où, suivant les anciens, se mouvaient les planètes et les étoiles.
    • Pour concevoir plus facilement les raisons des apparences de Mars, de Jupiter & de Saturne, représentez-vous que le Corps A est la terre, laquelle est placée au Centre du Monde. Que B C D, est le Ciel du Soleil. Que 2,3,4. représente le Ciel de Mars qui envelope le Ciel du Soleil. Que s représente le corps du Soleil, que E F G est un Épicycle placé dans le Ciel de Mars, dans la surface duquel cette Planète est enchassée en H. Représentez vous enfin que I K L est le Ciel des Étoiles fixes. (Pierre Silvain Regis, Cours entier de philosophie ou système général selon les principes de M. Descartes, Huguetan, 1691, page 32)
  4. Air ; atmosphère.
    • Le ciel était sans un nuage ; la mer brillait sous le soleil, sans un frisson. (Octave Mirbeau, Les Eaux muettes)
    • Avant-hier il a plu toute la journée, mais le soir, malgré le ciel couvert, tout le monde guettait anxieusement l’apparition de la lune nouvelle. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 131)
    • Le ciel demeurait beau, mais le vent fraîchissait et le roulis de l’aéronat s’accentuait. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 179 de l’éd. de 1921)
    • Le ciel est huit dixième couvert par cumulus et cumulo-nimbus, et un vent de S.-S.-E. à S.-E. de 60 kilomètres-heure augmente notre vitesse jusqu’à 240 kilomètres-heure. (Jean Mermoz, Mes vols, Flammarion, 1937, p. 91)
    • […] sur toute l’Ardenne, le temps s’était levé. Le ciel était bleu éblouissant, la neige étincelait au soleil. (Georges Blond, L’Agonie de l’Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 155)
    • Un ciel de plomb : un temps lourd et orageux.
  5. (Par extension) Ambiance.
    • Elle ne devint catastrophe que dans sa troisième phase, quand soudain, au milieu d’un ciel serein, la foudre du krach bancaire de New-York frappa l’édifice orgueilleux de la prospérité du capital américain. (Carl Steuermann, La Crise mondiale, traduit de l’allemand, Gallimard, 1932, page 65)
  6. (Par extension) Climat, pays.
    • Il nous revient que le forban qui dirige la Banque Corland et Cie serait à la veille de mettre les clefs sous la porte et de filer vers des cieux plus hospitaliers. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 242)
    • Un ciel tempéré. — Un beau ciel. — 'Le ciel de l’Italie. — Changer de ciel. — Vivre sous un ciel étranger, sous un ciel inconnu.
  7. (religion) Séjour des bienheureux, paradis.
    • Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? (Voltaire, Dictionnaire philosophique : Fanatisme)
    • Ce sont d’abord les saints ayant foi en la révélation qui, prochainement et du jour au lendemain, disparaîtront tous de ce monde pour être transportés au ciel, sans laisser ici-bas aucune dépouille mortelle. (Une station sur les côtes d’Amérique — II. New-York et la société américaine, dans La revue des deux mondes, 1862, p. 197)
  8. (Par extension) Divinité ; providence.
    • Voyant qu’il ne nous restait plus d’espoir sur la terre, mes compagnons et moi tournâmes nos regards vers le ciel et nous mîmes à supplier le Tout-Puissant d’avoir compassion de nos âmes pécheresses. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Le Ciel, mon prince, reprit Ivanhoé, s’est chargé du châtiment de cet homme orgueilleux. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Quiconque mange bien peut défier le ciel. Ce sont les ascètes et les meurt-de-faim aux estomacs débilités qui ont inventé les dieux. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 191)
    • Le ciel avait destiné M. Smallways à vivre dans un monde paisible, mais il avait oublié de créer un monde paisible pour M. Smallways. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 6 de l’éd. de 1921)
  9. (Mines & carrières) Voûte de la galerie d’une mine ou d’une carrière souterraine.
    • On appelle les Feuillières d'une carrière, les veines de terre, qui en couvrent le ciel; & qui n'étant point soutenues, peuvent causer des fondis. (Dictionnaire universel de commerce, tome 2 (C -K), ouvrage posthume de Jacques Savary des Brûlons, continué par Philémon-Louis Savary, nouvelle édition, Paris : chez la veuve Estienne & fils, 1748, page 1224)
    • ART. VII. Les galeries qu'on formera dans les mines qu'on extraira, ne pourront être plus larges de huit pieds, quelque bonne que soit la consistance du charbon, et celle du ciel ou sol de ladite mine : seront lesdites galeries d'autant plus étroites, que le charbon, le ciel et le sol de la mine auront une consistance moins solide, […]. (« Arrêt du conseil-d'état du Roi portant règlement pour l'exploitation des mines de houille ou charbon de terre », du 14 janvier 1744, dans le Recueil des Lois et Actes du gouvernement, relatif aux mines, minières, usines, carrières, tourbières et salines, inclus dans la Jurisprudence générale des mines, en Allemagne, traduite de l'ouvrage de Franz Ludwig von Cancrin, par M. Blavier, tome 3, Paris : chez Adrien Égron & chez l'auteur, 1825, p. 14)
synonymes antonymes
traductions
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
cielciels

ciel \sjɛl\ masculin

  1. (analogie) Châssis qu’on fixe au dessus d’un lit pour y suspendre les rideaux.
  2. (analogie) Dais, velum.
    • Quatorze colonnes de bois, hautes de vingt-trois pieds, tendaient au-dessus de la salle un ciel d’étoffe écarlate. (Pierre Louÿs, Une fête à Alexandrie, 1896, dans Archipel)
  3. (Par extension) Partie supérieure, plafond d’une mine, d’une carrière.
    • Parfois, des sources filtrées par le ciel de la voûte s’abattaient en pluie. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  4. Représentation du ciel en peinture.
synonymes
adjectif

ciel (pluriel à préciser) masculin

  1. Couleur bleu clair. #77B5FE
    • Couleur bleu ciel : couleur d’un bleu tendre.
synonymes
traductions
  • anglais : sky
  • russe : небо

Ciel
étymologie
(nom propre) Seys, Siez, devenu Ciel avec l’influence de ciel, peut-être apparenté à Cieux qui fait Síus en occitan.
(nom commun) (antonomase) de ciel.

nom propre

Ciel \sjɛl\

  1. (Géographie) Commune française, située dans le département de la Saône-et-Loire.

nom

Ciel \sjɛl\ masculin

  1. (religion) Siège du pouvoir divin.
    • SGANARELLE : Il est vrai, je conçois que cela est fort agréable et fort divertissant, et je m’en accommoderais assez, moi, s’il n’y avait point de mal ; mais, Monsieur, se jouer ainsi d’un mystère sacré, et…
      DOM JUAN : Va, va, c’est une affaire entre le Ciel et moi, et nous la démêlerons bien ensemble, sans que tu t’en mettes en peine.
      SGANARELLE : Ma foi ! Monsieur, j’ai toujours ouï dire que c’est une méchante raillerie que de se railler du Ciel, et que les libertins ne font jamais une bonne fin.
      (Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, acte I, scène 2)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français