guinder
étymologie
Faisait winder en ancien français, du Vieux norrois vinda voir winden (« enrouler ») en néerlandais, to wind en anglais.

verbe

guinder \ɡɛ̃.de\ transitif conjugaison (pronominal : se guinder)

  1. Hisser, treuiller, lever en haut par le moyen d’une poulie, d’un treuil.
    • Guinder un fardeau.
    • Guinder des pierres avec une poulie, avec une grue.
    • Il se fit guinder avec une corde au haut de la tour.
    • Nous grimpons à son cinquième étage ; et, par une échelle, nous nous guindons à un sixième, qui était un cabinet ouvert aux quatre vents, dans lequel il n’y avait que deux ou trois douzaines de bassins de terre remplis de diverses liqueurs. (Montesquieu, Lettres Persanes XLV)
    • (Figuré) Le pape en est à se mordre les doigts de l’avoir guindé là où il est. (Étienne-Jean Delécluze, Dona Olimpia, chapitre 3, Georges_Charpentier, Paris, 1843)
  2. (marine) Hisser un mât au moyen de la guinderesse.
    • Guinder un mât de hune, de perroquet, etc.
  3. (Figuré) Se dit en parlant de l’esprit et des choses d’esprit où une certaine recherche d’élévation s’accompagne de raideur.
    • Guinder son style.
    • Se guinder à de grands sentiments.
    • Se guinder à l’éloquence, au beau langage.
    • Discours guindé.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français