moyen-âge
nom

moyen-âge \mwa.jɛ.n‿ɑʒ\ ou \mwa.jɛ.n‿aʒ\ masculin singulier

  1. (Moyen Âge) Variante de Moyen Âge.
    • Pourquoi restaurer les histoires vermoulues et poudreuses du moyen-âge, lorsque la chevalerie s’en est allée pour toujours, accompagnée des concerts de ses ménestrels, des enchantements de ses fées et de la gloire de ses preux ? (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • J’appelle moyen-âge, dans l’histoire de la littérature française, les XIIe, XIIIe et XIVe siècles. […]. Le commencement de cette époque est marqué en Europe par une crise sociale, de laquelle sortent tout à la fois les communes, l’organisation complète de la féodalité et de la papauté, les idiomes modernes de l’Europe, l’architecture appelée gothique. (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des deux Mondes, 1839, tome 19)
    • D’une unité et d’une simplicité plus larges que celles de l’Empire romain, le monde passa, d’un seul coup, à une fragmentation aussi complète que celle du moyen–âge, à la période des seigneurs féodaux, brigands et pillards. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 416 de l’éd. de 1921)
    • […] ; Saint-Cirq-la-Popie était, au moyen-âge, une riche cité fortifiée ; il n’est plus qu’un bourg croulant où s’attardent 150 habitants. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Moyen-Âge
nom

Moyen-Âge \mwa.jɛ.n‿ɑʒ\ ou \mwa.jɛ.n‿aʒ\ masculin singulier

  1. Variante de Moyen Âge.
    • Les révoltés du Moyen-Âge
      L’ont arboré sur maints beffrois.
      Emblème éclatant du courage,
      Toujours il fit pâlir les rois.
      (Paul Brousse, Le Drapeau Rouge, 1877)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français