effriter
étymologie
 Composé de ex- et de fruiter, en ancien français effriter est la variante de effruiter (« épuiser une terre »). Le sens a été influencé par friable.

verbe

effriter \e.fʁi.te\ transitif conjugaison (pronominal : s’effriter)

  1. (vieilli) (Agriculture) User, épuiser une terre.
    • Effriter un champ.
    • La terre s’effrite, si l’on n’y met pas d’engrais.
    • Au-dessous de lui, une terre généralement effritée ; à peine quelques ravins cultivés. (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
  2. Rendre friable, réduire en poussière.
  3. (pronominal) Se détruire peu à peu, se déliter.
    • Des pignons s’effritent comme de vieux chicots, une étable n’est plus qu’un amas de pierrailles. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Figuré) La soie artificielle, à Anduze ! Ainsi, c’est donc bien vrai, l’un des fleurons de notre France ancienne est en train de s’effriter : la magnanerie se meurt ! (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Et ce ne fut pas une lente décadence qui surprit le monde européanisé ; les civilisations antiques pourrirent et s’effritèrent ; la civilisation européanisée sauta d’un coup, pour ainsi dire. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 392 de l’éd. de 1921)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français