gastronomie
étymologie
Mot  composé de gastronome et de -ie.
Attesté de façon isolée au XVIIe siècle. Il renvoie à un poème grec perdu d’Archestrate (IVe siècle avant J.-C.), poème mentionné dans le Banquet des sophistes, traité culinaire rédigé par le grec Athénée. Mot popularisé par Brillat Savarin, mais créé par Joseph Berchoux dans son œuvre La Gastronomie.

nom

SingulierPluriel
gastronomiegastronomies

gastronomie \ɡas.tʁɔ.nɔ.mi\ féminin

  1. Ensemble des règles qui constituent l’art de faire bonne chère.
    • Sommes-nous là dans le domaine de la gastronomie : peut-être pas tout à fait, mais au moins voilà qui réduit à néant l’image de pauvreté. (Simone Morand, Cuisine traditionnelle de Bretagne, 1998)
    • Pour rester fidèle à la gastronomie du Sud-Ouest, les nouveaux partenaires choisissent d'élever le baeri (acipenser baeri), plutôt que d'importer des espèces plus connues. (Adrien Cahusac, Le landais Delpeyrat adopte le caviar du périgord, dans L’Usine nouvelle, n° 3310, du 6 décembre 2012)
    • La Nouvelle Cuisine, c'était un espoir, un dépoussiérage pour une gastronomie qui était rétrograde et cependant leader dans le monde. (Emmanuel Rubin, avec ‎Aymeric Mantoux, Délices d'initiés : Dictionnaire rock, historique et politique de la gastronomie, éd. Don Quichotte, 2013)
    • Qui n'a jamais mangé un calendos comme ça avec un bon gros rouge ne connaît rien à la gastronomie. Allez, avant de retourner dans mon placard-palace, encore un petit gorgeon pour faire glisser le tout... (Paul Cote, Pas toutes à la fois, Éditions théâtrales safesubst, 2006)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français