heur
étymologie
Vient de l’ancien français our, aur, eur qui est issu d’un latin populaire agurium altération du latin augurium. Le h initial a été rajouté au Moyen Âge par collision avec le mot heure lors de la construction des mots bonheur (« bon (h)eur ») et malheur (« mal (h)eur »).
Les parentés proches incluent le picard aüre.

nom


heur (h muet)\œʁ\ masculin

  1. (Littéraire) (vieilli) Bonne fortune, chance heureuse.
    • Allez, allez cueillir les fruits de mon service ;
      Usez bien de votre heur et de l’occasion.
      (Pierre Corneille, La Veuve, 1632, acte II, scène 3)
    • Rodrigue, qui l’eût cru ? Chimène qui l’eût dit ?
      Que notre heur fût si proche, et sitôt se perdit ?
      (Pierre Corneille, Le Cid, 1637, acte III, scène 4)
    • Mais pour obtenir l’heur de recevoir des serviteurs dans ma prison j’ai dû jurer de ne rien tenter pour m’évader, et vous savez que je suis esclave de ma parole. (Emmanuel Gonzalès, Esaü le lépreux, J. Rouff, 1884, page 823)
    • Capable seulement de vanité et de caprice, sans occupation intellectuelle, sans pensée, la femme mettait tout l’idéal de sa vie, toute la revanche de son esclavage, dans l’heur de paraître et de séduire. (Jean Reibrach, La Nouvelle Beauté, C. Lévy, 1903, page 73)
    • Après des années d’heur et de malheur, de faste et d’impécuniosité, de liberté et de prison, après avoir fréquenté trois empereurs romains, quantité de princes, après avoir volé un plus grand nombre de créanciers, il avait enfin reconstitué le royaume du meurtrier de son père, son propre grand-père Hérode ! (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012) }{#if:{#if:| (OCLC {} ↗)}}, page 238}}

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français